Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Du sucre dans le gaz

Du sucre dans le gaz

Étiquettes muettes et produits importés du Suriname : les sodas sont le grain de sucre dans l’application de la loi Lurel visant l’alignement des teneurs en sucre des produits vendus dans les DOM avec ceux de l’Hexagone.

Cette loi dite sucre votée en juin 2013, prévoit entre autre qu’un produit vendu dans les DOM ne peut contenir plus de sucre qu’« une denrée similaire de la même marque distribuée en France hexagonale ». Cette disposition est entrée en vigueur six mois après la promulgation de la loi mettant fin à une pratique commerciale ancestrale qui consistait à vendre des produits plus sucrés aux habitants des DOM.

La loi sucre prévoit également que les produits vendus dans les DOM mais non vendus dans l’Hexagone ne doivent pas avoir une teneur en sucre « supérieure à la teneur en sucres ajoutés la plus élevée constatée dans les denrées alimentaires assimilables de la même famille les plus distribuées en France hexagonale ». C’est là que les choses se compliquent. Tout d’abord, l’arrêté interministériel permettant l’application de cette loi n’a été signé qu’en mai 2016, retardant sa mise en œuvre pratique et suscitant des manifestations d’impatience à la Réunion en 2014. En Guyane, Guyaweb s’inquiétait alors que la loi Sucre ne « se délite comme un sinobol au zénith » (Guyaweb du 16/06/2014).

L’arrêté tant attendu a finalement été signé en mai 2016 par les ministres de la santé, de l’agriculture, du commerce et des outre-mer. Il dresse la liste des produits concernés : parmi eux, les sodas, yaourts, biscuits, glaces, gâteaux, céréales du petit-déjeuner, chocolats et barres chocolatées.

Un alignement progressif

En Guyane, le secteur industriel est réduit en la matière. L’entreprise SOLAM qui commerciale les produits Caresse Guyanaise dit avoir entamé un processus d’alignement sur les teneurs en sucre hexagonale il y a déjà sept ans accompagné par l’Agence régionale de Santé. L’écart des teneurs en sucre entre leurs produits et les produits équivalents produits en métropole était au départ de l’ordre de 10 %. Il est aujourd’hui réduit à néant suite à une diminution très progressive qui a ainsi pu passer inaperçue aux papilles des consommateurs. « Aujourd’hui, certains produits sont même moins sucrés que leurs équivalents métropolitains » pointe un cadre de la SOLAM. Une étude des étiquettes confirme ces affirmations.

C’est au rayon soda que les questions se font plus brûlantes. Les étiquettes que nous avons consultées des sodas Tropi et Soukous produits en Guyane par l’entreprise cayennaise Chung Fa ne précisent pas les teneurs en sucre de ces boissons fluorescentes. N’ayant pas réussi à joindre l’entreprise, la quantité de sucre présente dans ces sodas reste inconnue.

Teneur en sucre 30 % supérieure

Leurs équivalents surinamais de la marque Fernandes que l’on trouve à la vente dans tout l’Ouest guyanais et sur le fleuve Maroni affichent selon nos calculs des teneurs en sucre supérieurs de 30 % à celles d’autres sodas. Comptez 13,6 grammes de sucre pour 100 mL de soda Green Punch de la marque Fernandes pour 10,6 grammes de sucre dans le même volume de Coca-Cola.

A l’ARS, Solène Rose-Hélène, ingénieure en nutrition, annonce être « dans une démarche pacifique ». Elle explique avoir déjà organisé une « réunion de travail pour anticiper ». Sans idée précise du calendrier qui sera fixé pour veiller au respect de cette nouvelle loi, Mme Rose-Hélène évoque début 2017.

A la Direction de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Forêts, le service Alimentation nous répond ne pas participer à l’application concrète de cette loi. Quant à la Direction des Entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi, nous n’avons pas réussi à joindre des personnes à même de nous répondre. Il est spécifié dans l’arrêté interministériel que « le directeur général de la santé, le directeur général de l’alimentation, la directrice générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, le directeur général des outre- mer sont responsables, chacun en ce qui le concerne, de l’application du présent arrêté ».

Journée internationale du diabète

Dans un rapport de 2014 consacré à la Santé dans les Outre-mer, la Cour des comptes soulignait que « les taux de prévalence [du diabète non insulinodépendant, consécutif à l’hyperglycémie répétée] standardisée et leur croissance sont le double ou le triple de la moyenne nationale, ainsi que celui de mortalité attribuée au diabète ».

Aujourd’hui, lundi 14 novembre

pour la Journée internationale du diabète

– 10h-13h : dépistage gratuit et informations sur le diabète au Family Plaza

– 18h-20h : conf2rence sur le diabète en Guyane à la mairie de Cayenne

 

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

1 commentaire

  • Jmc
    14 novembre 2016

    Sans chercher à être acide cette histoire de teneur en sucre est bien une spécificité des Dom. Pas la plus glorieuse non puisque la conséquence est un taux de diabète supérieur par habitant comparé à la métropole.
    D’autres spécificités existent, et nous les connaissons tous. Pourtant rien n’est fait ou si peu pour permettre soit une adéquation avec la loi, soit une adaptation de la loi. Dommage pour le vivre ensemble et preuve que lorsque les autorités ne prennent pas en compte le terrain on arrive à des situations de dérive contre le peuple par le système centralisateur aveugle et muet.

Articles associés :

Suriname : 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en mai 98 morts, un record mensuel déjà battu : 141 décès du 1er au 18 juin et un parlementaire antivax !

Au Suriname, le nombre de décès Covid poursuit son affolante ascension. Ce pays avait déploré 204 morts Covid de mars 2020 à fin avril 2021, en 14 mois donc. Le mois suivant, en mai, il y aura...

Assiduité des élus à la CTG : Ringuet, Phinéra-Horth et Briolin à la traîne

A l'occasion des élections territoriales dont le premier tour est prévu ce dimanche 20 juin, Guyaweb s'est penché sur l'assiduité des 51 conseillers de la Collectivité territoriale de Guyane ...

L’enquête judiciaire pour suspicion de «favoritisme» est bouclée dans l’affaire qui vise Gabriel Serville, signataire, fin 2014, d’une convention pour la mairie de Matoury avec l’avocat Olivier Taoumi pour 9500 € mensuels d’honoraires

L'enquête judiciaire sur les conditions d'attribution d'une rémunération mensuelle nette de 9500 euros par la mairie de Matoury, théoriquement durant 38 mois, à Olivier Taoumi, entre fin 2014 et ...

Covid-19 : les chiffres ne sont pas rassurants, les indicateurs restent élevés dans un contexte de confinement quasi-fantoche et d’agitation des esprits…

Les chiffres consolidés du Covid-19 ne sont pas à la baisse en Guyane contrairement à ce qu'espéraient les autorités en début de semaine dernière au moment de la décision de maintien des ...

Interview de Gabriel Serville : TVA, évolution statutaire, immigration …

Le député Gabriel Serville (Peyi Guyane), figure politique à l’itinéraire morcelé, s’est lancé dans la bataille des élections territoriales à la tête de la liste « Guyane Kontré pour ...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2021 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube