vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Confinement le week-end : bras de fer avec le gouvernement

Confinement le week-end : bras de fer avec le gouvernement

Un couvre-feu qui a toutes les caractéristiques d’un confinement le week-end sera-t-il en vigueur dès dimanche en Guyane ? Malgré l’opposition d’une partie de la population et de certains élus, la volonté du gouvernement, depuis Paris, semble avoir toutes les chances de s’imposer. Qui décide de quel citoyen aura le droit de sortir de chez lui entre samedi 19 heures et lundi 5 heures sur les communes d’Apatou, Cayenne, Iracoubo, Maripasoula et toutes les autres en Guyane ? Pour l’instant, une seule certitude : c’est le préfet qui annoncera la mesure de restriction si elle doit effectivement être mise en œuvre afin…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

15 commentaires

  • benoit

    Pour se lamenter, enumerer une listes de problemes a la Prevert, recurants ou pas, montrer du doigt, on a pas besoin d un depute pour ça.
    Tout un chacun le fait tres a table en famille ou entre amis a 19h30 devant le JT…..
    M. Serville vous vous devez d ammener des idees, des projets, du concret…..
    Vous faites du populisme a la Le Pen (voir Dupont Aignant) . Affligeant !!!!!

  • Jmc

    En ce qui me concerne, je n’attends que des mesures spécifiques et urgentes pour la mise en place d’un plan permettant à l’ensemble de la population – du moins ceux qui le veulent- de pouvoir se faire vacciner dans les plus brefs délais. ( vieux et jeunes compris )
    Si une décision de confinement ou de couvre feu devait être prise spécifiquement le dimanche elle ne serait que le symbole d’une incurie de réflexion et surtout la reconnaissance d’une faillite d’organisation générale d’un État qui ne s’attacherait qu’a prévenir sans mettre les moyens pour guérir.

  • Skope

    Il y a une déconnexion totale entre les mesures prises et la réalité sur le terrain. Quand on voit la circulation après 19h sur l’île de Cayenne on comprend vite que le couvre feu imposé est purement théorique, pas du tout appliqué et encore moins respecté. l’État a t’il les moyens de ses ambitions en Guyane ???

  • lematourien

    @benoit enfin une personne qui parle vrai de Serville…ces propos toujours les mêmes ne brassent que du vent et suivent le vent du populisme

  • GZ

    D’accord sur l’utilité toute relative de la fonction député et d’autres élus, mais c’est tout de même injuste que de critiquer le seul qui semble exister en s’exprimant.
    Je rappelle qu’il existe un autre député aussi, nommé LAdam. En tout cas, il est payé pour cette fonction… Et la dernière fois que l’on a entendu son nom fut en marge de la valise Dolianki, en relation avec le copain de la copine…

    Ajoutant au passage que la meilleure compétence ne saurait faire mieux…

    Sinon, qq veut dire « populisme » ?

  • Morvandiau

    @GZ
    Le populisme Guyanais : exploiter la crétinerie et les bas instincts d’une frange de la population qui compose 80% de la masse électorale.
    Si on élisait en Guyane des gens compétents et ayant le sens de l’intérêt général, ça se saurait depuis longtemps et on en serait pas à la situation que nous connaissons actuellement, mais il est toujours plus facile et confortable intellectuellement de mettre tout sur le dos de l’État.
    Vu la réaction quasi unanime des élus locaux à justifier plus ou moins clairement l’impériosité de faire carnaval au mépris du contexte sanitaire, nous confortons cette image de population infantile et capricieuse, incapable de faire montre d’une certaine responsabilité individuelle comme collective. En avoir marre du masque et du couvre feu peut se comprendre, mais défier le simple bon sens et la loi pour assouvir « un besoin traditionnel » de s’amuser en défilant par milliers (sans parler des « activités » connexes moralement discutables) est clairement de l’enfantillage.
    Faut pas s’étonner ensuite certains s’autorisent à préciser en venant en Guyane qu’ils ne sont pas le père Noël…

  • EL MATADOR

    Pas mal de rafistolage dans les annonces qui se contredisent entre ministres et préfet.
    Ce qui donne du grain aux contestataires.
    Du coup une partie de la population ne suit plus les directives et la pandémie continue son chemin.
    Mieux vaut faire un confinement de 3 semaines, tout en aidant les secteurs économiques.
    Pour les frontières, il est plus simple de légaliser et de contrôler les entrées sorties, en imposant des règles, que de fermer les accès officiels en fermant les yeux sur les nombreux passages incontrôlables.

  • GZ

    Morvandiau
    Pas d’accord avec votre définition, encore moins avec l’adjectif que vous y collez. J’ai demandé sa définition, sans adjectif… Alors vous donnez la définition du métier de la politique et vous l’appelez « populisme guyanais »
    Vous reprochez à GServille l’expression du ressentiment d’une « frange » que vous estimez à 80 % de la population ? Vous le nommez populisme ?
    Et la démocratie c’est quoi, d’après vous ?
    (Quant à la « crétinerie et les bas instincts », de nombreux Italiens (peut-être la majorité) protestent contre les mesures qu’ils estiment plus mortifères qu’un Covid de toute façon inévitable. Ils se disent bcp trop sociaux pour supporter les restrictions…)
    Disons plutôt que le « populisme » n’est qu’un dénigrement de bas étage, un point Godwin parmi d’autres.

  • Morvandiau

    @GZ
    Serville n’a pas attendu de savoir ce qui s’est passé dans l’affaire du chien, il s’est instantanément positionné contre les forces de l’ordre, dans une rhétorique purement populiste, à la Guyanaise, c’est à dire l’usage régulier et absurde du levier historique de l’esclavage, qui n’est autre qu’un clivage racial déguisé, devenu outil politique.
    Reductio ad esclavagium si je puis me permettre.
    Le plus effroyable dans cette histoire, c’est qu’une bande d’élus, qui ont suivi Serville comme des moutons ayant eu la trouille d’être accusés de pro-colonialistes s’ils ne participaient pas à la curée, ont donc légitimé la désobéissance civile pour ceux qui beuglent haut et fort qu’il faut tous attraper le covid pour pouvoir vivre (!) et faire carnaval.
    Les Italiens oui, mais pas que, ils sont nombreux dans le monde à protester, râler, pester, certes, mais ils sont bien moins nombreux les débiles internationaux à passer à l’acte en abandonnant toutes les précautions pour non pas pour travailler ou pour survivre, mais pour juste s’amuser.
    Maintenant, le bonus supplémentaire qui s’ajoute au challenge de choper le covid en défilant pour le transmettre ensuite à ceux qui vont peut être en mourir, c’est de défier les forces de l’ordre.
    Quel programme émoustillant pour les anars…

  • lematourien

    @Morvandiau sauf que les anarchistes avaient clairement présenté leurs programmes politiques ou une volonté de non programmes politiques

  • GZ

    Morvandiau
    La précipitation ne met en doute, éventuellement, que l’indépendance de l’esprit, aucunement la qualité du jugement une fois prononcé… Que GServille n’ait pas attendu de savoir « ce qui s’est passé » dans l’affaire du chien est irrelevant, car il n’y a rien à savoir : Pas des chiens en maintien de l’ordre. ( comme leur patron a admis)
    L’éternel jeu de la causalité…
    Je vous avoue que j’avais le même réflexe que GServille, pourtant je ne suis aucunement concerné par vos hypocrites querelles internes autour de l’esclavagisme.
    S’il est vrai que le recours systémique à l’esclavage est déplacé et ne prouve, en général, que la faiblesse intellectuelle devant les défis du présent (à l’instar des « valeurs républicaines » ad vomitum, soit dit en passant…), il reste que Pas de chien face aux humains. Même s’il est foncé (le bipède, pas le chien…) ./ Dire qu’au moment du BLM les services de contrition nationaux puissent faire une bourde pareille.. La condition humaine ne permet pas la contrition par les bêtes et autorise voire oblige à toute résistance contre les quatre-pattes. C’est un droit humain inaliénable.
    Du reste, prenez le discours convenu de l’avocat Constant et mettez-le dans n’importe quel régime oppressif : ça colle parfaitement…
    Le clivage racial est une réalité, le monde et la société s’articule autour. Outil politique ? Vous blaguez ? Vous dit ça dans la Guyane des lois spécifiques issues directement de l’Afrique équatoriale du début du XXème, où les Noirs « libres » devaient travailler sans avoir à bouffer ? (Oui, l’esclave doit être nourri…mais pas le « libéré »)
    Quant à la désobéissance civile, elle faisait partie des premières versions des droits de l’homme, avant que les terroristes arrivés au pouvoir ne l’enlèvent… « oubliant », comme vous, que le régime républicain lui doit son existence…

    Après une telle « gestion » de l’épidémie et une telle perte de confiance il est tard de compter sur la compréhension du peuple et d’attendre qu’il « travaille pour survivre », sans vivre… La gouvernance se base sur la confiance, pas sur la force brute coercitive.
    Les faits imposent plutôt le profil bas au lieu d’imposer des mesures aveugles. Le bonus supplémentaire serait de tirer au clair les erreurs empilées, oui.

  • Morvandiau

    Le sujet initial n’était pas de l’usage de chiens comme arme pour les forces l’ordre (qui je vous l’accorde mériterait une profonde réflexion) ! mais bien de l’appel à la désobéissance civile à des fins d’amusement, au péril de la santé de toute la population Guyanaise. Cette désobéissance a été cautionnée par les déclarations des élus, Serville en tête, gouvernés par leurs réflexes en instrumentalisant l’affaire des chiens pour leur politique politicienne.
    Je remarque que vous ne parvenez pas du tout à dénoncer également ces appels à faire carnaval, faites vous partie de ces redoutables révolutionnaires du covid ? Hasta siempre el carnaval ?

  • GZ

    C’est vous qui aviez évoqué l’histoire canine dans la première ligne de votre intervention précédente… pour illustrer la posture de GServille.
    Je vous invite à plus de recul concernant cette  » appel à la désobéissance civile » , surtout venant des élus… D’après la théorie ils représentent le peuple, la remise en cause de leur avis annihile le fondement du régime politique en place qui s’affirme représentatif du peuple, à sa tête un président…. élu.
    Pourquoi devrais-je dénoncer les coutumes des autres ? Parce que vous affirmez que les effets de leur carnaval seront pires que les inepties passées ? : les redoutables révolutionnaires du covid sont ceux qui ont interdit en catastrophe la molécule efficace et peu onéreuse, qui ont détruit les masques et ne les ont pas remplacés, qui ont affirmé que les masques ne servent à rien, qui ont interdit leur usage jusqu’aux policiers pour dire le contraire ensuite etc.
    Tjs cette posture d’occupant qui veut que le monde dance comme il siffle…

  • Bello973

    Il est vrai que dans certains Etat de droit aux moeurs beaucoup plus civilisées, on n’envoit pas si facilement la police disperser de paisibles manifestants, bravant l’interdiction au nom de leur liberté fondamentale entravée. Et les récalcitrants finissent même parfois, par obtenir gain de cause (réouverture des églises) en dépit du risque sanitaire bien réel.

    https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/confinement/confinement-nouveaux-rassemblements-de-catholiques-pour-le-retour-de-la-messe-7059911

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Covid-19 : cinq des quinze personnes décédées en Guyane en 2021 n’étaient âgées que de 55 ans ou moins, la barre des 90 morts est atteinte ou franchie

Il y a eu deux victimes de plus du Covid-19 en Guyane en établissement hospitalier ces derniers jours, deux femmes, pas vraiment âgées, qui ont perdu la vie après avoir contracté ce virus. La ...

Chlordécone: des milliers de manifestants en Martinique réclament un procès

Des milliers de manifestants ont défilé en Martinique, samedi 27 février, afin d’exiger un procès dans l’affaire de l’empoisonnement des populations et des sols au chlordécone. Aux Antilles...

Mégacentrale du Larivot : les associations écologistes saisissent la justice

Les associations écologistes Guyane Nature Environnement et France Nature Environnement attaquent en justice les autorisations préfectorales accordées fin 2020 au projet controversé de Edf de ...

Couvre-feu, restaurants, bars, vente d’alcool à emporter : les nouvelles mesures de restrictions à compter du 27 février

En raison de l'amélioration de la situation sanitaire, un « allègement des mesures de restrictions » entrera en vigueur sur le territoire guyanais à compter de ce samedi 27 février, ont ainsi ...

Moratoire sur l’industrie minière : l’échec de la Convention citoyenne pour le Climat 

La tentative de la Convention citoyenne pour le Climat – 150 citoyens tirés au sort pour émettre des recommandations visant à réduire les émissions carbone de la France – consistant à ...

Une famille de demandeurs d’asile avec deux enfants, expulsée de la Pointe Buzaré lundi, obtient un relogement ce jeudi

Une famille avec deux enfants faisant partie des 40 expulsés, lundi, du campement de la Pointe Buzaré à Cayenne, a bénéficié ce jeudi d'une solution de relogement par La Croix Rouge qui gère ce...

Toutes les petites annonces ( 0 ) :

© 2021 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube