vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?
 
 

Publicité Guyaweb

Centre pénitentiaire : ce que dit le fameux rapport d’inspection des services judiciaires

Centre pénitentiaire : ce que dit le fameux rapport d’inspection des services judiciaires
Exclusif : épisode 1 !

«Etablissement isolé», «absentéisme particulièrement marquant» des personnels, «dialogue social dégradé depuis l’été 2013 (sic) », «travail quasi-inexistant» pour les détenus au sein de l’établissement, «actes d’intimidation de type vaudou» à l’encontre d’un personnel de direction : voilà quelques uns des points soulevés par le rapport d’inspection des services judiciaires relatif à la prison de Rémire-Montjoly que Guyaweb a pu consulter. Notre site en proposera une lecture à ses internautes, sous forme de feuilleton, en plusieurs épisodes agrémentés de notre propre enquête sur le sujet. Bienvenue au sein d’un établissement un tantinet particulier. C’est suite aux deux mutineries successives des 16 et 18 juin derniers à la prison de…

Cet article est composé de plusieurs parties, lire la suite:

1 2 3 4

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

34 commentaires

  • L’article comporte quelques d’erreurs factuelles….mais rien n’indique que monsieur Frédéric Farine n’a pas été de bonne foi.

    • Expérience pilote ! C’est la première prison où des voyous ont les clés des cellules et un uniforme de gardien !

  • Morvandiau

    Wow, ça envoie du lourd là !
    Il y a vraiment quelque chose de pourri chez nous.
    Malheureusement tout cela n’a rien de nouveau, on peut faire un copier-coller de l’article en replaçant « centre pénitentiaire de Rémire » par EDF Guyane, mairie de Matoury, de Cayenne, de Kourou, bref quasiment toutes les administrations et collectivités locales, dans lesquelles ce genre de comportement pourri est devenu la règle.

    • En effet, ce comportement est devenu la règle dans toutes les administrations, empêchant ceux qui veulent faire leur travail correctement de revendiquer intelligemment. Dès que quelqu’un tente de remettre de l’ordre, c’est reparti. Quitte à se plaindre ensuite d’avoir une hiérarchie de bras cassés. L’administration parisienne s’aplatit sous prétexte de paix sociale et continue à payer des fonctionnaires qui ne fonctionnent pas, excepté à l’extérieur.

  • La Guyane, personne ne vous croira ! On comprend mieux pourquoi France Guyane et RFO font silence sur ce rapport !

  • Rien de nouveau sous le soleil : par comparaison à la  »métropole », tout ce qui provient de l’outre-mer doit apparaitre comme exagérément dégradé.

    Fort heureusement, les rapports de la cour des comptes nous donnent à voir une réalité beaucoup plus nuancée.

  • Tu veux dire que les rapports d’inspecteurs ne sont pas neutres ? Quel est leur intérêt ? Fais-tu partie des syndicalistes sujets à crier à la théorie du complot ? C’est un peu une solution de facilité, non ?

    • « Les loups ne se mangent pas entre eux »

      nous parlons ici de politique, avec à la clef, un rapport diligenté par notre ex Ministre de la Justice, et mettant en exergue des dysfonctionnements administratifs majeurs.
      je suis donc en capacité de vous affirmer (preuves à l’appui), qu’effectivement, une bonne partie des documents relatifs à cette enquête n’apparaissent pas dans ce rapport malgré leur communication !!!

  • Mickael

    «  » « nous sommes face à un certain nombre de personnes pourtant formées à l’Ecole nationale de l’administration pénitentiaire qui se comportent de manière imprévisible, usant de l’argument de l’exception culturelle quand ça les arrange et revenant au droit et aux arguments juridiques quand ça les arrange aussi ». » » »
    Rassurez-vous, il y a les mêmes en métropole dans presque toutes les régions.
    On nous ressort le parisianisme ou le coté culturel à chaque fois aussi.

    Bref, un directeur qui fait visiblement des notes longues comme un jour sans pain et certains (et j’insiste) personnels qui glandent.
    Ca ne peut que pêter.

    • Le centre pénitentiaire de Remire-Montjoly n’est pas une exception en terme de fonctionnement administratif déficient. Nombreuses sont les mairies guyanaises ou les innombrables employés municipaux plombent le budget de leurs communes (Matoury – Kourou …).
      Malheureusement, trop nombreux sont ceux qui profitent de  » l’assistanat  » français et de sa politique laxiste dans le monde du travail …

  • Tartempion,

    Je vous confirme que le rapport des inspecteur n’est pas neutre. On aurait pu l’intituler :  »il faut sauver le soldat Jean-Philippe Mayol ».

    Mais les inspecteurs ont échoué dans leur mission puisque le directeur est muté et rétrogradé dans ses fonctions mais pas pour les raisons que le rapport donne à croire.

    Par ailleurs, aucun écrit n’est neutre. Par contre il m’est arrivé de lire des rapports objectifs.

    • Il faut sauver le soldat Mayol aurait fait un très bon film primé… On en peut pas en dire pour autant de tout les protagonistes de cette merveilleuse épopée fantastique qui s’est terminé au Conseil de Discipline pour la plupart …

  • A titre de comparaison.

    Absentéisme des personnels de surveillance au niveau national : le constat de la Cour des comptes.

    La pénibilité du métier de surveillant, au contact avec une population pénale difficile, et la contrainte que fait peser le rythme de travail à  » horaires décalés  » sur l’organisation de la vie privée, expliquent en partie cette morbidité spécifique, qui peut parfois s’apparenter à une  » médicalisation des problèmes sociaux « , d’ordre personnel ou professionnel. Cette explication n’est cependant pas suffisante, d’autres causes moins  » légitimes  » entrent également en jeu.
    Une remarquable continuité entre période de congés et période de maladie est ainsi observée par les responsables de l’organisation du service dans un nombre non négligeable de cas. Un sondage effectué sur les récapitulatifs d’absences de la maison d’arrêt de Nanterre en 1997 révèle ainsi un grand nombre de situations de continuité immédiate entre congés annuels et congés maladie, parfois associés à d’autres motifs d’absence. Ce genre de pratiques ne se limitent pas à quelques cas isolés, puisqu’elles concernent 35 agents sur un effectif total de 130 surveillants dans cette maison d’arrêt.

    Source : rapport de la Cour des comptes sur la fonction publique de l’Etat, décembre 1999.

  • Tu racontes aussi à ta sauce. Ça fait pas mal (mais pas jusqu’à un sur 3 comme en Guyane) mais ça remonte à 1997 et ça ne concerne qu’un moment ciblé, le retour des congés annuels…

  • Hélas tartempion : l’absentéisme des surveillants s’est aggravé à l’échelle nationale à cause de la mise en place de la réglementation pénitentiaire européenne.

    Sinon au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly l’absentéisme connait un pic avec le carnaval alors qu’à la maison centrale de Clairvaux l’absentéisme connait un pic pendant la saison des vendanges.

    Une journée de vendange sera toujours mieux rémunérée qu’une journée passée en détention.

    A chacun ses spécificités mon cher !

    Cordialement

  • L’intervention de Marabout m’a fait rire. J’avoue…

  • Azerty, toi qui as l’air du sérail, qu’a provoqué la  » réglementation pénitentiaire européenne selon toi  » : le beurre sans l’argent du beurre ?

  • Il semble donc qu’une antenne syndicale locale, pour protéger les copains au détriment de l’intérêt général, encourage la défiance systématique envers la direction et, implicitement, encourage les comportements nuisibles… Résultat : c’est l’ensemble du personnel qui est mis en danger.
    « Nous n’avons pas en face de nous des enfants de chœur mais des gens dont personne d’autre, dans la société, ne veut ». Vision anachronique et rétrograde du monde carcéral et des détenus. Pas étonnant qu’avec ce genre d’état d’esprit certains se sentent tout permis dans leurs rapports avec les détenus.

  • Desijose

    FO pénitentiaire de Guyane plus tordue que l’UTG ??? ON n’est pas au bout du grand guignol carnavalesque syndical de Guyane…

  • La prison fait partie de la fonction publique ?? je ne savais pas que des fonctionnaires pouvaient agir comme ça et depuis des années selon cet article. J’hallucine ! A quand la fin du statut des fonctionnaires. Faut les remettre dans la réalité du monde du travail c’est gens là…

  • la prison fait partie de la fonction public!! Mais est-ce normale que les détenus ont tous un portable et aussi la drogue qui circule dans l’établissement? Le monde n’est pas parfait 6 mois d’intervalle il y a eu deux morts au centre pénitentiaire a Montjoly. Pendant les vacances de carnaval tout se dégrade. Les surveillances ne surveillent plus détenus chacun fait ce qu’il veule fabrique des armes artisanales laissé faire par le directeur c’est normale ça aussi? Ou allons-nous dans ce pays? Pourquoi les enfermés, qu’ils se tuent entre eux y a quand même un dysfonctionnement de direction!!!

  • Juste une correction sur l’article on est plus à l’épisode 1 mais à la saison 3 épisode 4…

  • Merci Marc pour cette précision…

    Suite à ce commentaire je souhaite pouvoir remettre certains points à l’ordre du jour. La personne qui se fait appeler « AZERTY » a été identifié dans un commentaire par Marc. http://www.guyaweb.com/actualites/un-agent-penitentiaire-voulait-etre-defendu-par-deux-journalistes-locaux-devant-le-conseil-de-discipline/

    Les fonctionnaires comme les surveillants doivent respecter leurs devoirs qu’il soit moral ou plus contractuel… Imaginez si tout le monde se comportait comme dans ce centre ? L’Etat n’existerait tout simplement pas et la loi du plus fort serait applicable. En métropole on est loin du clivage direction/surveillants que l’on nous rapporte actuellement sur ce site. Messieurs n’oubliez JAMAIS (même si d’après un article précèdent il est déjà torp tard) que vous travailler avec des personnes VIVANTES et que vous avez aussi le rôle d’éducateurs avec les plus jeunes pour les réinserrer dans la société… Mettez vous deux secondes à leurs places avant d’y être mis de force avant qu’il ne soit trop tard pour vous !

    • Et Maximus ne serait-il pas du côté de l’autre partie ?

      • Et je ne m’en cache pas Tartempion, comme d’autres commentateurs je suis moi aussi fonctionnaire et je sais comment ça marche en France métropolitaine. Apparement le droit ne s’applique pas en Guyane de la même manière qu’ailleurs. Les définitions du service public ou encore le rôle des surveillants pénitentaires en sont dénaturés.

        • Mes respects missié le directeur : c’est comme cela qu’on doit dire ?

          • 25 février 2016

            Haha je suis très loin de ce poste (26 ans) mais ne vous plaignez que la Guyane c’est dur et que les détenus se réintégrent pas facilement quand on voit le racisme ambiant chez vous.

            Moi voici quelque chose pour détendre un peu votre atmosphère outre atlantique…

            https://www.youtube.com/watch?v=dqTuNnTmyCY&

  • Désijosé.

    Comme je l’ai indiqué : par rapport à la  »métropole », tout ce qui provient des départements d’outre-mer doit apparaitre excessivement dégradé.

    Récemment des éleveurs de porcs ont lâché des porcs dans plusieurs supermarchés en  »métropole ». Des syndicalistes s’en sont pris physiquement à parti des cadres de la compagnie Air France etc…Les images ont fait le tour du monde. Bref du grand carnaval métropolitain !

    Tartempion : la personne qui travaille le moins au centre pénitentiaire à Rémire-Montjoly, c’est le directeur ! Celui-ci perçoit un salaire de 5000 par mois avec à la clef une voiture et un logement de fonction et cela sans obligation de résultats.

    Bien évidemment, je vous fais grâce de toutes les autres primes que l’Etat lui verse (prime d’installation, de déménagement etc).

    L’Etat permet donc à ses  »cadres » au moins dans les départements d’outre-mer d’avoir le beurre et l’argent du beurre.

    Enneyrac : je vous confirme ce qui est dit dans l’article : la majorité des détenus sont rejetés par la société qui les met à l’écart.

    Je ne saurais jamais sincèrement votre réaction si l’un de vos proches vous révélait qu’il sort avec un délinquant ou un criminel.

    Vous pouvez être l’exception qui confirme la règle.

    Sachez tout de même,que les détenus qui se plaignent de violences du personnel, disposent tous d’un avocat commis d’office.

    Vous n’êtes pas obligé de croire tout ce que l’on vous dit !

  • Ce que dit Azerty sur le rejet de l’autre en Guyane est très vrai, non seulement vis à vis des détenus mais aussi vis à vis des handicapés. Nous sommes dans une société où les gens vont à la messe comme à la kermesse et où l’on croit que cela suffit à gommer les insuffisances. La générosité est de façade, de pacotille…

  • il n’y a pas de problèmes sans solution: il faut instaurer le licenciement dans les statuts de la fonction publique d’état, territoriale ou hospitalière. Avec ça seulement 80% des problèmes de dysfonctionnement seront résolus. Cette garantie d’emploi sans conditions particulières est la porte ouverte à tout et n’importe quoi. je crois comprendre qu’on peut être en absence irrégulière pour des manifestations carnavalesques en Guyane et pour les vendanges ailleurs…On trouve cela normal! l’emploi est garanti, le salaire est versé à date fixe <> ….ayons un peu de conscience et promenons les regards sur la situation de ceux qui ne se plaignent pas de conditions de travail inacceptables parce qu’ils risquent d’être remerciés

  • « je vous confirme ce qui est dit dans l’article : la majorité des détenus sont rejetés par la société qui les met à l’écart.
    Je ne saurais jamais sincèrement votre réaction si l’un de vos proches vous révélait qu’il sort avec un délinquant ou un criminel.
    Sachez tout de même,que les détenus qui se plaignent de violences du personnel, disposent tous d’un avocat commis d’office.
    Vous n’êtes pas obligé de croire tout ce que l’on vous dit ! »

    Je n’ai pas à croire ce que l’on me dit, je suis encore assez grand pour me forger ma propre opinion, si différente soit-elle de la vôtre visiblement.

    Néanmoins je vous invite à vous pencher sur quelques auteurs ayant réfléchi sur la peine et la détention (Montesquieu, Foucault, Beccaria) pour essayer de vous extraire de votre vision purement carcérale des rapports entre détenus et société. Par ailleurs, la loi elle-même définit les fonctions de la peine à l’intérieur du code de procédure pénale, sur lequel je vous invite respectueusement aussi à vous pencher ne serait-ce que pour faire application de la loi (nationale, ne vous en déplaise, votée à l’initiative de Mme TAUBIRA) au sein de la prison.

    Quant à votre avocat commis d’office, il n’intervient qu’en matière disciplinaire ou si la plainte débouche sur une procédure judiciaire, ce qui est loin d’être systématique, ne me faîtes pas rire.

    Je finirai par une réflexion : j’ai l’impression que vous confondez, à tort, détenu et repris de justice. Vous affirmez que les détenus sont rejetés de la société, mais c’est une pure tautologie. Un détenu est, de fait, incarcéré, donc mis à l’écart de la société à titre de sanction. En outre, c’est faire totalement abstraction de tout les intervenants de la société civile qui donnent de leur temps précisément pour ces « rejetés » : professeurs pour les cours scolaires et sportifs, médecin, psychologue, infirmière, représentants consulaires, juriste du centre d’accès au droit et, insuffisamment en Guyane visiblement, entreprises. En Métropole, bon nombre de bénévoles se rendent également en prison pour aider.
    Pas si hermétique que ça la société…

    En revanche, un repris de justice (délinquant ou criminel condamné), peut-être passé ou non par la prison et, en tout état de cause, une fois libre, je ne vois pas comment vous ferez la différence. On n’oblige pas encore les sortants de prison à déambuler avec un signe épinglé à leur col.
    Donc, vous en fréquentez probablement sans le savoir (et un de vos proches peut même être en train d’avoir une relation avec l’un d’entre eux en ce moment sous votre nez !). Sans parler du fait que nous sommes tous amenés à côtoyer des délinquants et des criminels qui, eux, n’ont pas (encore?) été découverts (apparemment, à la lecture de cet article, ça ne manque pas au centre pénitentiaire de Guyane).

    Stop aux stéréotypes.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

L’avenir de France-Guyane reporté au 14 janvier

  Le tribunal mixte de commerce de Fort de France qui devait se pencher ce jour sur l'avenir des sept sociétés du groupe France Antilles (dont les trois sociétés éditrices : ...

Réforme des retraites : grève fortement suivie à Cayenne et Saint-Laurent

Le mouvement de grève nationale contre la future réforme des retraites dans les secteurs public et privé a mobilisé près de 2000 personnes dans les rues de Cayenne et Saint-Laurent du Maroni ce ...

Le maire de Roura et président de l’association des maires, David Riché, mis en examen pour «favoritisme»

Photo de Une : David Riché et son avocate, Me Marie-Alix Canu-Bernard, au palais de justice mercredi soir Le maire de Roura et président de l'association des maires de Guyane, David Riché, a été...

L’audience au tribunal de commerce de Fort de France qui doit se pencher sur l’avenir de France-Guyane reportée

L'audience prévue demain jeudi au tribunal mixte de commerce de Fort de France concernant l'avenir des sept sociétés du groupe France Antilles est reportée au vendredi «10 janvier 2020», a-t-on ...

David Riché placé en garde à vue ainsi que 3 autres personnes dans le cadre d’une enquête pour «favoritisme» et «recel de favoritisme»

Le maire de Roura et président de l'association des maires de Guyane, David Riché a été placé en garde à vue, mardi, dans le cadre d'une affaire judiciaire en cours, ont révélé nos confrères...

Pôle psychiatrie : le silence de l’hôpital de Cayenne interroge sur la «capacité de l’établissement à mettre en œuvre des modifications profondes sans délai»

Guyaweb a adressé il y a un mois une série de questions au directeur de l'hôpital de Cayenne Christophe Robert et à la cheffe du pôle psychiatrie de cet établissement, le Dr Caroline Janvier....

Toutes les petites annonces ( 1 ) :

Véhicules ( 1 )
> Toutes les annonces véhicules

© 2019 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet hébergé par Côté Cube