vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?
 
 

Publicité Guyaweb

L’emprisonnement de Léon Bertrand va devoir être mis en œuvre…

L’emprisonnement de Léon Bertrand va devoir être mis en œuvre…

Le rejet du pourvoi en cassation de Léon Bertrand ce mercredi, accouchant de la confirmation définitive des peines prononcées par la Cour d’appel de Basse-Terre le 7 mars 2017, va entraîner la mise en oeuvre de l’incarcération de celui qui ne sera plus, prochainement, maire de Saint-Laurent, un fauteuil qu’il occupe depuis 35 ans. Léon Bertrand est en effet désormais définitivement condamné en France à 3 ans d’emprisonnement et au paiement d’une amende de 80 000 €. Il a en outre été condamné à la peine complémentaire de privation des droits civils, civiques et de famille pour une durée de 3…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

6 commentaires

  • Jmc
    12 septembre 2018

    Leon doit souhaiter très fort que le courrier transmettant l’arrêt de la cour de cassation se perde entre la guadeloupe et la Guyane pour échapper une fois de plus à sa peine ! Absurde peut être sauf que tout est possible ….. qui sait .

  • KouK
    12 septembre 2018

    Surtout quand on sait que certains agents de notre bonne Poste s’adonnent parfois au jeu des échanges d’enveloppes lors des élections aux chambres de commerce ou de l’artisanat… Heureusement, le centre de tri n’est pas à St-Laurent. Qui imaginerait que quelqu’un fasse entrave à la Justice (à part la Justice elle-même parfois) ?

  • Gaspard
    12 septembre 2018

    La justice doit passer, M. Leon ne doit pas servir d exemple. Pour ce qui est des postiers et de la cci la justice se ridiculise par son inaction complice.

  • FF
    12 septembre 2018

     » La justice doit passer, M. Leon ne doit pas servir d exemple », cette phrase ne dit elle pas une chose et son contraire ? En 2014, la Cour d’appel de Fort de France l’avait condamné moins lourdement que celle de Basse-Terre en 2017. S’il s’était arrêté là (comme Richard Cheung A Long son bras droit), il ne retournait pas en prison…

  • Gaspard
    12 septembre 2018

    La difficulte avec les politiques c est de faire un exemple ou de faire disparaitre le dossier….
    J ai plus confance en la justice en Guyane.

  • Tobbie Rat
    13 septembre 2018

    Il reste la dernière chance des effets de la tempête tropicale Isaac qui pourraient détruire le palais de justice de Basse Terre. La lettre pourrait aussi être prise dans l’œil du cyclone et disparaître à jamais vers des horizons perdus.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Sinnamary s’organise face au problème de l’eau

La petite commune de Sinnamary organise son ravitaillement en eau potable depuis que l'Agence régionale de santé a déclaré que l'eau du robinet était impropre à la consommation, suite à la déc...

Sinnamary : l’eau du robinet déclarée impropre

La commune de Sinnamary qui compte près de 3000 habitants au dernier relevé Insee, alerte sa population que l’eau du robinet est déclarée non potable par l'Agence Régionale de Santé (ARS), sui...

Yokiendy Siffrard, le théâtre dans la peau

A 28 ans, Yokiendy Siffrard est déjà un auteur et un acteur de théâtre confirmé. Sa dernière création CATA, FRACAS ET CAETERA, coup de cœur du public au festival de Macouria en juin dernier, ...

Le défi d’éliminer le paludisme

Eliminer le paludisme sur la commune de Saint-Georges de l'Oyapock, c'est la mission que se sont lancés des chercheurs de l'Institut Pasteur et des médecins du centre hospitalier Andrée Rosemon en ...

Absence à la barre de l’ex-commandant de la brigade de gendarmerie de Régina poursuivi pour corruption sur fond d’orpaillage illégal : report du procès au 10 janvier

Le ministère public a demandé en début d'après midi au Palais de justice de Cayenne à l'ouverture du procès, en l'absence de l'ancien chef de la brigade de gendarmerie de Régina, Patrick Melar...

Un procès singulier pour corruption, aide au séjour et complicité d’orpaillage illégal avec, parmi les quatre prévenus, l’ancien commandant de la brigade de gendarmerie de Régina qui ne sera pas à l’audience…

C'est une affaire singulière qu'est censé examiner jeudi après-midi le tribunal correctionnel de Cayenne : avec une enquête partie tambour battant avant de traîner considérablement en longueur p...

© 2018 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet réalisé par Netactions