vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

La réponse de l’avocate de l’orthophoniste en dispo et maire de Cayenne Marie-Laure Phinéra-Horth au communiqué du procureur

La réponse de l’avocate de l’orthophoniste en dispo et maire de Cayenne Marie-Laure Phinéra-Horth au communiqué du procureur
Et notre première analyse...

Le service communication de la ville de Cayenne a fait parvenir jeudi aux médias un communiqué de Me Maryse Sagne, avocate, suite au communiqué du procureur de la République qui avait confirmé, mercredi, le placement en garde à vue la veille de Marie-Laure Phinéra-Horth soupçonnée de versements indus durant plusieurs années de son salaire d’orthophoniste par l’hôpital de Cayenne (voir notre article de mercredi) Avec notre première analyse de ce communiqué. « Monsieur Éric Vaillant, procureur de la République a cru être autorisé par les termes de l’alinéa 3 de l’article 11 (du code de procédure pénale) à porter atteinte au secret de l’enquête…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

23 commentaires

  • oceaneokio

    Bonjour

    Beaucoup d’explications, c’est oui ou c’est non.
    Elle a bien vu les virements sur son compte.

  • yvor de Walapulu

    elle reconnait avoir reçu les versements mais il semble qu’elle reporte la faute sur ses « méchants » employeurs qui l’on obligé à receler ces versements, en fait vu son emploi du temps de maire, MLPH devait travailler de nuit

    • GZ

      Bonjour Yvor

      On pense ce qu’on veut de cette profitasyon somme toute modeste, au fond et en droit il ne peut exister recel de détournement sans le détournement qui en est un préalable.
      On ne peut poursuivre le voleur qui réceptionne les biens par la fenêtre, tout en laissant tranquille son complice qui lui a passé les biens de l’intérieur… Comme l’a dit notre ami le Jaguar, la suite sera croustillante eu égard de la responsabilité première de la direction de l’hôpital. Un tel détournement laisse, d’emblée, y entrevoir une histoire de corruption, sinon de manipulation. Mais imaginez un instant que, dans un cas pareil, le receleur déclare d’avoir reversé un pourcentage à celui (ceux) qui lui a (ont) filé le pognon… Rien que pour se venger de s’être faite piéger :-)
      Parce que s’il est facile à pousser un faible à la faute, le bâton a deux bouts…
      Il y a aussi des questions éthiques sur les institutions. Décidément, la Guyane est à l’avant-poste.

      • Joko

        En l’occurrence, le bâton à deux bouts est un bâton merdeux à 200.000€. Une somme modeste…pour vous. La direction de l’hôpital ? incompétente elle aussi ? elle pensait peut-être que certaines personnes étaient intouchables, sous peine d’émeutes. Elle s’est trompée. Nous en avons assez. Si l’hôpital a effectivement besoin de moyens supplémentaires, cela devrait également s’accompagner de contrôles tant pour le recrutement et le respect des horaires de travail, que pour empêcher les vols et les détournements…

        • GZ

          Oups, je croyais que vous ne me parlez plus. Je me sentais si zen…

          Oui, cette somme est modeste en comparaison d’autres faits d’armes observés, surtout étalée sur plus de trois ans. Vous habitez en Norvège ?
          Et c’est aussi un salaire brut plus charges patronales, ce qu’il convient d’enlever du préjudice du CHAR. Son préjudice ne peut être que la somme arrivée à l’intéressée. Que l’Etat mette de l’argent de sa poche gauche à sa poche droite (taxes et cot patronales) ça le regarde.

          Vous avez assez de quoi ? De la faute d’appréciation « politik » (= magouille) que vous attribuez à la direction de l’hôpital ou de son incompétence que vous envisagez aussi ?
          Il est hautement improbable que la coupure de salaire aurait provoqué des « émeutes », votre allusion est en soi condescendante vis-à-vis de la population. Comme si la primitivité lokale ainsi insinuée était responsable de la gabegie pas si lokale, il me semble… Tjs ce pénible fond latent ès-post-colonial…

          • Nemo
            23 juin 2017

            C’est aussi à force de modestes (et parfois récurrentes) pratiques (présumées) comme celle-ci que l’Etat finit par accroître modestement, mais inexorablement, son déficit. Il n’y a pas de (présumés) modestes détournements ou recels de détournement d’argent public, il y a de (présumées) pratiques délictuelles qui doivent être poursuivies, quels que soient leurs auteurs (présumés), pour éviter la dilapidation de cet argent (argent qui pourrait utilement servir à moderniser l’hôpital, par exemple). On ne peut, d’un côté, réclamer de l’argent à l’Etat, se plaindre de la vétusté des lieux et, de l’autre, le jeter par la fenêtre ou regarder par la fenêtre opposée pour feindre de ne pas voir.

          • Joko
            23 juin 2017

            Imbattable GZ. Arrêtez de penser que tout le monde pense sous le même prisme que vous: les méchants colons (dont vous faites partie, ne vous en déplaise) contre les gentils colonisés, et inversement. Une tricheuse reste une tricheuse, peu importe l’origine ou la couleur. Ne cherchez pas d’excuses là où il n’y en a pas. Toutefois, comme VOUS le suggérez, si primitivité lokale il y avait, elle serait largement dépassée par la vôtre. Décentrez vous, prenez de la distance (en vrai), vous verrez que ça ira beaucoup mieux, pour vous…et pour nous.

          • Desijose
            24 juin 2017

            GZ, monsieur lave plus blanc que blanc et de pire en pire avec le temps qui passe

  • FF

    Quelques petits détails supplémentaires sur l’audience de Bertrand Moukin devant le JLD (article précédent) ajoutés jeudi soir (la journée a été longue) pour ceux que ça intéresse…

  • Joko

    Elle travaillait à l’hôpital, ou pas ? Si oui, ça ne devrait pas être trop difficile de prouver le nombre de consultations effectuées, avec les noms, les dates, les heures. Si non, c’est du vol caractérisé. Mais de la même manière que braquer les LS est devenu une activité de loisir pour certains jeunes, voler l’état est devenu une profession pour certains adultes. Ils ont tout simplement oublié que l’état c’est NOUS. Il est temps que NOUS fassions du ménage..

  • Ti sonson 973

    « J’ai jamais tué d’ chat !………… ou alors il y a longtemps…. ou bien j’ai oublié…. ou il sentait pas bon ! »………….. ha ha ha ha ha ha ha !

  • Nemo

    J’en perds mon latin ! Quelqu’un aurait les coordonnées d’un bon orthophoniste à l’hôpital ? Les seules réminiscences qui me viennent en bouche sont ces quelques locutions : en premier lieu, très adaptée à l’actualité et au contexte guyanais, on ne peut que déplorer AURI SACRA FAMES. La faim justifierait-elle les moyens ? A moins que… certains ne préfèrent en rire… jaune. En second lieu, il est de circonstances de rappeler aux protagonistes, connus et à découvrir, que ALEA JACTA EST ! Ben ouais, si les dés sont jetés, ils n’ont plus qu’à jouer tranquillement aux dominos, dans la salle de repos ou dans leurs bureaux, en attendant une éventuelle condamnation. Mais, heureusement que l’avocate consciencieuse ne manquera pas de mettre en exergue, à toutes fins utiles, que NULLUM CRIMEN, NULLA POENA SINE LEGE. Présomption d’innocence oblige.

  • GZ

    Nemo
    Vous ne m’en voulez donc pas, mon Captain ? Effet du solstice d’été ?
    La gabegie de l’argent public, et sous toutes les formes, est intrinsèque à l’action publique. La défaillance de contrôle est un défaut institutionnel. Constitutionnel.
    Cet argent a été jeté par la fenêtre par celui qui l’a versé. Et ce n’est pas un élu lokal, ni un syndicaliste UTG pourri jusqu’à l’os.
    Alors si, on peut d’un côté, réclamer de l’argent à l’Etat, se plaindre de la vétusté des lieux et, de l’autre, réclamer une meilleure gestion de ce qui est alloué. Ces deux hiatus vont de pair en Guyane.
    On peut/doit aussi réclamer l’intégrité pour tous. Non seulement pour les territoriaux et élus loko, mais pour toutes les administrations. (Que pensez-vous donc d’un AR falsifié par des agents publics ? Allez.. please)
    Ce n’est pas par hasard que je vous ai épuisé avec le chgt de gouvernance/statut, comme unique échappatoire à la Guyane. Le pb c’est que vous vous plaignez des conséquences, tout en chérissant les causes…

    • Nemo

      Pourquoi vous en voudrais-je, mon Général ? Mon opinion, puisque vous semblez y accorder tant d’importance, au sujet de cet AR, ben c’est que c’est pas bien, non, de falsifier un document ? Faut pas faire ça ! Sinon, à part prendre la sanction et la peine qu’il mérite, je recommanderais à ce fonctionnaire de tenter sa chance à La Poste où on lui apprendra plein d’autres tours de passe-passe.
      Il va de soi que, concernant les affaires actuelles, je mets les (présumés) corrompus et corrupteurs dans un même panier… de crabes et souhaite que la Justice les passe ensuite au court-bouillon pour qu’ils soient bien rouges de honte. Vous pourrez dire ce que vous voudrez des causes -que je n’adule ni ne chérie, soit dit en passant- chaque individu possède son libre-arbitre et, dans ce genre d’affaire, met la morale et l’éthique là où bon lui semble. À chacun sa conscience et à chacun d’assumer ensuite sa part de responsabilités. Contrairement à vous, je ne cherche à dédouaner personne en arguant de la modestie du montant prétendument perçu indûment. Tous les maillons d’une éventuelle chaîne de responsabilité doivent être démontés, quels qu’ils soient et quel que soit le préjudice. Sur ce, GZ, bon week-end, parce que la seule chose que je chérisse c’est ma famille et je compte bien en profiter.

      • GZ

        Nemo

        Parce qu’un UTGiste supposé comme moi est forcément un truc infréquentable :-) Isn’it ?

        Vous allez encore trop vite : je ne dédouane personne mais prétends que les 100 000 – 140 000 Euros nets étalés sur 40 mois représenteraient, malheureusement, une somme bien modeste en comparaison des pratiques habituelles.
        P ex, la défisc apporte une somme similaire et d’un seul coup à un « agriculteur » bien placé, sans que Bercy n’y voit la moindre inconvenance.
        A mon avis, la falsification d’un document par une entité publique est de deux ordres de grandeur plus grave que l’encaissement d’un indu, une faiblesse toute humaine. Quel est le pourcentage des Français qui rapporterait un sac de billet trouvé à la police ? Quel est le pourcentage de policiers qui n’en prendraient ni un billet ?
        Du reste on est d’accord. Tous les maillons d’une chaîne de responsabilité doivent être démontés, c’est précisément pour cela qu’il faut dépasser la critique stérile des individus et chercher les causes. Au niveau où on en est, il serait temps d’admettre que la défaillance est d’ordre public et non pas individuel.
        Bon we aussi et soignez-les.

  • Francois

    voleuse, corruptrice, collusioniste – c est le péyi des kopains, des kousins, et des koquins.
    et qu’est ce qu’elle a fait avec tout cet argent ? des confitures avec Pénélope ?

  • le Jaguar

    Sans vouloir intuber les mouches et pour en revenir au communiqué du procureur, l’intitulé de l’article 11 du Code de procédure pénal est ambiguë car la conjonction « ET » dans le terme « d’office et à la demande » signifie en droit la réunion des deux conditions alors que le terme « d’office » aurait été plus logique s’il était associé avec la conjonction « OU ». On aurait alors compris que le procureur pouvait communiquer d’office OU à la demande de la juridiction d’instruction ou des parties. Donc le Procureur et l’avocate ont chacun une interprétation du texte défendable.

  • FF

    Au regard de la pratique en vigueur dans le monde judiciaire et par expérience, je pense que le « et » marque deux actions (possibles) indépendantes l’une de l’autre, comme expliqué dans l’article. De manière pratique, et en raisonnant par l’absurde, le contraire serait difficilement gérable pour un proc voire ingérable. Devoir attendre l’aval de toutes les parties pour pouvoir communiquer sur un dossier par exemple…

  • GZ

    Joko

    en fait, vous faites semblant de ne rien comprendre.. ou vous ne comprenez rien. C’est naturel ou vous prenez qqchose ?
    Et en quoi serais-je un colon ?

  • Jmc

    Rien de plus à ajouter à cet article ni aux commentaires si ce n’est la recommandation pour vous de prendre connaissance de l’article de Madame Phinera dans France Guyane de ce jour.
    il y a un passage édifiant ou celle ci justifie ses salaires de part le fait qu’elle venait à l’Hôpital, qu’il n’y avait pas de salle de libre, qu’elle passait son temps a discuter avec une collègue sans préciser la fréquence et qu’elle partait parce que ce n’était pas faute.
    Pour moi la messe est dite; Tout le reste n’est que circonvolutions, Madame Phinéra au niveau déontologie est mise en examen sur ce sujet, comme Pénélope dans une autre affaire.

    • Joko

      En résumé, c’est à l’insu de son plein gré qu’elle ne travaillait pas, et surtout « célafotodirecteurdelopital ». Ce sont ces gens-là qui nous dirigent ? qui se réclament de gauche ? au trou…au suivant.

  • Lilou

    Une petite pensée aux parents des enfants âgés de deux avec en retard de langage dont tous les orthophonistes de Guyane refusent car sur Booker. …..J’ai du attendre l’installation d’une jeune orthophoniste dans le privé pour la prise en charge de mon fils cette année . ..à quatre ans. …que d’années perdues. …9 orthophonistes pour toute la Guyane. ..C’est ça la vraie réalité. …Et on trouve le moyen d’un rémunérer certains qui ne bossent pas….Je suis outrée car chaque affaires publiques en Guyane ont des conséquences immenses sur les petits Guyanais qui se battent chaque jour contre des murs pour subsister. Nou gon ké sa!!!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Echanges de tirs entre le milieu de l’or clandestin et les forces de l’ordre : un Brésilien de 54 ans, disant avoir été gardien de prison, mis en examen pour « tentative de meurtre »

Un ressortissant brésilien de 54 ans, en situation irrégulière, a été mis en examen mardi par une juge d'instruction pour « tentative de meurtre, complicité d'activité aurifère illicite et d...

La Surinam Airways pourrait disparaître du ciel guyanais au 1er décembre

Fortes secousses en approche. En raison de la suppression des vols de nuits à l'aéroport de Cayenne-Félix-Eboué annoncée pour le 1er décembre, aucun avion, sauf urgence, ne pourra plus atterrir ...

Montagne d’or s’invite à la COP23

La COP23 qui se tenait à Bonn en Allemagne s'est achevée dimanche 19 novembre sur le contraste entre la faiblesse de l'engagement des États dans la lutte contre le réchauffement climatique et la ...

10e édition du Salon international du livre de la Guyane

La 10e édition du Salon international du livre de la Guyane a lieu du mercredi 22 au samedi 25 novembre au Zéphyr. Quatre jours dans l'univers de la littérature organisés par l'association Promoli...

«Du couac et du riz» à l’internat de Maripasoula

La grogne enfle à Maripasoula, la plus grande commune de France située au bord du Maroni. Les parents d'élèves du collège Gran Man Difou dénoncent la situation alarmante à l'internat vétuste ...

«On s’est surpassées même si on s’attendait à de la difficulté»

Stéphanie, Patricia et Ismaële ont encore la tête dans le Raid des Alizés, aventure sportive 100 % féminine qui s'est déroulée du 16 au 19 novembre en Martinique. Elles se sont classées à u...

© 2017 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet réalisé par Netactions