vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?
 
 

Publicité Guyaweb

Les chefs coutumiers se prononcent majoritairement «contre le projet de la Montagne d’or»

Les chefs coutumiers se prononcent majoritairement «contre le projet de la Montagne d’or»

Les sages se sont réunis ce mercredi matin au village Sainte-Rose-de-Lima à Matoury pour débattre sur le projet de la Montagne d’or dans le cadre d’une réunion ouverte au public en marge de la 7e édition des Journées des Peuples autochtones qui se clôture ce soir.

Après une cérémonie chamanique au rond-point Califourchon à Matoury, quinze chefs coutumiers venus d’Antecume-Pata, Camopi, Saint-Georges, Saint-Laurent, Awala-Yalimapo et Macouria se sont réunis sous le carbet du village amérindien de Sainte-Rose-de-Lima à Matoury pour se positionner sur le projet de mine industrielle de la Montagne d’or.

Leur position est toute tranchée: 13 chefs coutumiers sont contre le projet de la Montagne d’or à cause des «conséquences sur l’environnement» et deux n’ont pas arrêté leur position par «manque d’information sur le projet la Montagne d’or.»

« Jusqu’à présent les chefs coutumiers ne s’étaient pas exprimés sur ce sujet. Que l’extraction d’or soit légale ou illégale, c’est une grave atteinte à l’environnement. Ce sans oublier l’orpaillage qui se situe sur le Haut-Maroni et l’Oyapock. Ce positionnement est un message fort car l’autorité coutumière est le socle de la communauté amérindienne et on ne peut pas aller contre leur positionnement. Non c’est non » s’est exprimé Jean-Philippe Chambrier, président de la Fédération des Organisations Autochtones de Guyane (FOAG).

Durant cette rencontre entre chefs coutumiers amérindiens, il y a eu aussi un échange avec la Jeunesse Autochtone de Guyane (JAG) qui est sur tous les fronts. «Jusqu’à aujourd’hui la Jeunesse Autochtone n’avait pas la position des chefs coutumiers sur ce projet. Maintenant qu’elle est connue, la JAG a la légitimité pour entamer d’autres actions contre la Montagne d’or» a ajouté le président de la FOAG.

Mobilisée contre le projet de la Montagne d’or, la Jeunesse Autochtone fait souvent des coups d’éclats. Lors de la dernière réunion publique sur l’AOTM « Boeuf mort » à Saint-Laurent-du-Maroni, les jeunes militants avait peint de roucou (peinture naturelle) le visage de Rock Lefrançois, président de la compagnie minière Montagne d’or, pour marquer leur territoire.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

4 commentaires

  • Francois

    bravo ! et tous mes respects – la sagesse des anciens des peuples autochtones est encore et toujours admirable. Et j’applaudis aussi devant le réalisme et l’optimisme des Jeunesses Autochtones.
    Ces terres sont les vôtres, ne les laissez pas se faire détruire !

  • Orpailleur

    Bravo, encore une fois l’intelligence triomphe …
    Et pour l’emploi des jeunes en Guyane, merci de vous adresser aux sages !!!

  • bilo

    A orpailleur:
    Assurer le nombre d’enseignants nécessaire et oh combien utile au développement de la Guyane créerait autant de postes que le projet montagne d’or sans risque pour l’environnement, sans hypothequer l’avenir des générations futurs ni avoir à gérer pendant des décennies un stock de boues lourdement cyanuré.
    Mais peut être que developper l’intelligence n’interesse pas les milieux économique liberaux, bien au contraire, ces jeunes pourraient être amené à réfléchir un peu trop.
    Et l’intelligence ne se stock pas dans des coffres fort et ne s’échange pas en hyperfréquence!

    • bilo

      J’ajoute qu’il n’est pas nécessaire de créer de nouveau barrages hydro ou centrale thermique, ni de nouvelles lignes à haute tension, ni de nouvelle route très coûteuse pour la collectivité.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Ce que l’on sait de la visite de Macron

Six mois après le long mouvement social de mars et avril qui a paralysé la Guyane, le président de la République Emmanuel Macron se rendra sur le territoire guyanais du 26 au 28 octobre, sur fond ...

Une mule guyanaise de 18 ans, arrêtée lundi, remise en liberté mercredi, absente à son procès vendredi…

Adrien Manon, 18 ans depuis le 25 septembre, habitant Matoury selon l'enquête judiciaire, avait été interpellé lundi dernier à l'aéroport Felix Eboué pour avoir usurpé une identité afin de s'...

Passé à tabac par la foule à Saint-Georges, le prévenu brésilien au visage tuméfié demande au tribunal un délai pour préparer sa défense

Le ressortissant brésilien roué de coups lundi soir à Saint-Georges de l'Oyapock par une foule qui lui reprochait d'être l'un des auteurs de vols avec arme fraîchement perpétrés le même jour, ...

Charles Nenesse, Amérindien d’Iracoubo en état d’ébriété avancé, porte un coup de couteau à la gorge de son frère : un an de prison dont six mois avec sursis

Un Amérindien du village Bellevue (Iracoubo), Charles Nénesse, 51 ans et 10 mois, était appelé ce vendredi à la barre du tribunal correctionnel de Cayenne en comparution immédiate. Mardi, alc...

Assises : «un outil pour gratter ce qu’on a à gratter»

Quelques jours à peine après le lancement des Etats Généraux en Guyane, les Assises leur emboîtent le pas. Le premier comité local d'orientation des Assises des Outre-mer s'est réuni ce jeudi a...

Vu de Paris : L’affaire du Ceregmia rebondit

La sulfureuse affaire du Ceregmia a connu un rebondissement cette semaine, à Paris. Le Conseil d'Etat examinait en audience publique le recours de trois anciens professeurs, écartés de leurs fonct...

© 2017 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet réalisé par Netactions