vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Adieu Guyane : «la mobilisation, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase»

Adieu Guyane : «la mobilisation, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase»

Selon nos informations, la saison 2017 connaît un lot de départs définitifs en hausse par rapport à 2016. La «mobilisation» sociale de mars-avril en serait l’une des causes. Qu’en est-il réellement ? Le point de vue des sociétés spécialisées dans le déménagement. Le Plan annuel des mutations (PAM) qui est déclenché à chaque période estivale indique la tendance de l’activité pour les entreprises de déménagement. Cette saison «2017 est surtout marquée par un énorme PAM» remarque Ludovic Biganski, directeur d’AGS. «Le pic de notre activité se situe d’avril à septembre. Mais avec les grèves ça a été une vraie catastrophe….

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

16 commentaires

  • SMET

    Une réalité, beaucoup de gens installés en guyane depuis des décennies quittent la guyane, les tensions ethniques vécues durant des semaines, l’impossibilité de circuler durant cette période, ainsi que la délinquance quotidienne ont entraîné un raz le bol général : beaucoup de gens sont partis définitivement…
    Après avoir réussi à modifier son image d’enfer vert ces dernières années, la cote de la guyane plonge vers les abysses…
    C’est bien dommage, mais on ne récolte que ce que l’on sème .

  • Joko

    Qui sème quoi ? C’est un fait établi que la délinquance augmente, que les jeunes sont sans emploi. Il suffit de regarder et d’écouter. Le gouvernement ne prend pas le problème à bras le corps. Il se contente des statistiques. Nous nous sommes tous levés contre la délinquance mais ce mouvement, soit disant spontané, était préparé de longue date par les indépendantistes qui ont tout manipulé en sous main. Les revendications légitimes du début ont perdu tout leur sens. Comme d’habitude, nous aurons du mal à nous en relever mais ils continueront à crier victoire. A leur décharge, ce gouvernement « orangina » ne se bouge que lorsqu’on le secoue.

  • Acoupa

    Enfin, les prémisses d’un bilan post mobilisation. L’Histoire s’est transformée en hystérie, les égo ont pris la place de l’intérêt général, repli ethnique et communautaire, plan d’urgence en voie d’être dilué en réponse aux dégâts causés par la mobilisation, … Triste.

  • DJOUKOFF

    Les revendications légitimes du début n’ont à mon avis pas perdu leur sens, elles se sont certainement étoffées par une analyse moins superficielle des causes : qu’on le veuille ou non l’insécurité visible est bien la cause d’une série de dysfonctionnements plus profonds dont celui du rapport au pouvoir central décisionnaire. Ainsi l’idée d’une autonomie de gestion a pu réapparaître dans les débats, ce qui en soit n’est pas forcément la porte ouverte à une indépendance que très peu souhaitent. Si telle est la cause des départs mentionnés dans l’article, laissez moi douter des intentions de leurs protagonistes : à défaut de souhaiter que la Guyane se développe de manière plus équilibrée et en adéquation avec son environnement propre, peut-être n’ont-ils comme perspectives que leur ascension fulgurante assortie de promesses de ruissellement des richesses, credo habituel des convaincus du nécessaire désengagement de l’état. Or c’est bien de plus d’engagement de celui ci qu’il a été question lors de ce mouvement.

  • palmito973

    qu’est ce qui vous fait peur ? le changement ? la re mise en question. La peur d’un avenir incertain?

    Rien à redire sur ces mouvements sociaux qui avaient toute leur place face à une administration sourde aux problèmes récurrents et grandissants de la guyane. Et nous ne sommes pas à l’abri d’autres mouvements si le problème n’est pas géré à la racine…

    Et puis tous ces départs ne laissent ils pas la place à d’autres personnes, elles qui aiment la guyane et ont envie de la construire avec leur coeur et non s’en servir ?

    • JCB

      Vous avez peut-être raison, mais les nouveaux arrivants ont intérêt à être en bonne santé, vu l’état de délabrement du système de santé guyanais. C’est un intégré ici depuis 40 ans qui vous en parle et qui commence à se faire du souci…

    • Joko

      Aimer la Guyane ? tout dépend de ce qu’on met derrière le mot « aimer ». S’il suffit pour aimer le Guyane de se pavaner avec une chaine en or avec la carte du péyi, et de balancer ses déchets n’importe où , ne rien respecter, etc… la liste serait trop longue. Non, aimer ça se prouve. Un petit entrepreneur qui quitte le pays, ce sont des emplois et de la richesse perdus. Les blocages n’ont gêné que les petits, les gros ont de la trésorerie. La lutte contre la délinquance commence par l’éducation des enfants, à condition que les parents aient été eux-mêmes éduqués.

  • Jmc

    Effectivement mon opinion me laisse à penser que beaucoup de personnes vivant depuis longtemps en Guyane ne s’inscrivent plus dans la durée ici.
    Mais pour autant je crois qu’il est hâtif de croire que cela est du principalement au mouvement social de Mars, avril et des blocages.
    Ces départs peuvent être dus au veillissement, au manque de soins ici, au départ des enfants qui ont fait leur vie ailleurs, mais aussi à l’illusion que l’herbe est plus verte ailleurs, à une mondialisation qui rend les gens plus mobiles.
    C’est la confiance en soi, la ou on vit qui fait que l’on reste ou que l’on part soit volontairement, soit de manière contrainte.
    Certes les signes, les perspectives, ne sont pas de toutes façon pas très bonnes ni très positives. On peut être déçus du manque de changement visible ou de décision spectaculaire post mouvement. On ne peut que constater le peu d’empressement de ce nouveau gouvernement certes ruiné à s’emparer du sujet Guyane laissant toute la place à des collectifs sans fondement juridique et ses hommes auto proclamés représentant du peuple du fait du silence assourdissant de nos représentants élus.
    Alors la vérité, les motivations doivent en fonction des individus se situer dans un mélange de ces pensées.

    • karomama

      Jmc excellente analyse mais autour de moi bcp de personnes ont vécu les « évènements » (doux euphémisme) comme la goutte d’eau…
      l’impact économique mais aussi familial (college, lycée), l’inquiétude pour le baccalauréat, l’avenir des jeunes…
      ajouté au reste…
      Les gens ne se « projètent » plus et n’ont plus confiance et ça c’est grave !

  • elisa

    Un pays ne se construit pas si les gens ne se sédentarisent pas!!!! Voilà le problème de la Guyane. Personne ne vous croira plus!!!! vous avez voulu nous manipuler maintenant assumez les conséquences, bas les masques !!!!! continuez vos nuisances et vos grèves c’est ainsi que l’on paiera encore plus cher notre quotidien, mais ça non plus vous ne l’assumez pas !!!!!

  • Desijose

    Je fais moi aussi partie des gens qui ont quitté définitivement la Guyane depuis 2016. Cela fait quand même un moment qu’on sentait monter cette tension avec une insécurité galopante, une montée du racisme anti métro (tous pourris et là que pour le fric), avec pour moi un tonitruant « allez blanche au boulot » lors de l’autre mouvement.
    Je ne l’ai pas oublié, tant j’ai senti la haine dans la bouche de la personne qui a proféré cette insulte, et dont je mettrais ma main au feu qu’elle n’était pas elle non plus locale, passons…Suffit d’avoir été savamment manipulé par des extrémistes prêts à tout mais dont je ne suis pas sûre qu’ils soient vraiment conscients des conséquences de leurs discours à plus long terme
    Oui je regrette vraiment d’être partie pour ces raisons, parce que j’ai toujours et encore un grand amour pour la Guyane. Il y a tant à faire dans ce département. Se faire traiter de colonialiste aussi n’est pas très motivant quand on comprend que le but c’est de ne surtout pas laisser les gens trop travailler, çà risque de faire de l’ombre…
    Heureusement j’ai Guyaweb pour me tenir au courant de ce qui se passe et je vous remercie pour la pertinence de vos articles

  • Mickael

    Entre ceux qui partent alors qu’ils sont là depuis plusieurs décennies, les gens nés en Guyane avec leur famille dans le coin aussi qui partent aussi pour certains à l’autre bout du monde, la Guyane ne va pas être facile à faire progresser.

    Sans parler des repris de justesse spécialistes du racisme et de la discussion de comptoir devant le chinois qui ont trouve la une prise de pouvoir à leur mesure.

    Ils n’ont juste failli pas comprendre (la peur a du aider) que les gens ne les laissaient faire que tant qu’ils ne bloquaient pas tout.

    Bref des râleurs, de vrais français en somme.

  • Stiwi973

    Je suis d’accord avec la plupart des commentaires :

    – Aimer la Guyane ca se prouve et malheureusement beaucoup de ceux qui ont prouvé pendant 20, 30 ou 40 ans qu’ils aimaient la Guyane par leur apport économique repartent. Ceux qui sont à l’origine de ces départs devraient se poser les bonnes questions !

    – On en parle peu mais les départs concernent également beaucoup de créoles guyanais qui auraient justement beaucoup à apporter. Visiblement ils semblent décourager d’avance d’essayer de se lancer en guyane et préfèrent se lancer en métropole ou à l’étranger. Là aussi les « râleurs » du type tout est la faute à l’état devraient se poser les bonnes questions !

  • Frog

    Bahhh les seuls questions qu’ils sont malheureusement capable de se poser c’est comment vais je pouvoir « croquer » abuser de ma nouvelle popularité…à l’image de Mariema ,Horth, Moukin,Léon , des crapules en quête d’amnistie ou d’impunité pour leurs méfaits passés et a venir . Et les moutons bêlent en créole puisqu’on leur dit en créole « célafotaletat ».

  • Gaspard

    Départs oui et surtout la fuite des jeunes éduqués.
    Un pays ne peut pas se construire si des jeunes une fois les études faites ne pensent qu’ à partir.
    C est la vrai questions, les vieux s accrochent, veulent rien changer car c est la source de leur fortune…deux solutions.
    Vieillir prématurément, être fils ou fille de et surtout du système.

    S échapper pour trouver des opportunités que son propre pays refuse de donner.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Ils ont leurs chances au Tour de Guyane

Le tour du Littoral débute ce week-end, du 19 au 27 août. Parmi les dix équipes locales et 9 équipes invitées qui prendront part à cette 28 édition dont le précédent vainqueur est le Guadel...

Un vol direct relie Cuba à Paramaribo

Destination Cuba – Au départ de Paramaribo, la capitale surinamienne, les villes cubaines de La Havane et Santiago de Cuba seront reliées par des vols directs à partir de la fin août. La comp...

Montagne d’or : un débat public au 4e trimestre 2017

C'est le timing annoncé lundi par la compagnie minière Montagne d'or qui «souhaite engager un dialogue ouvert avec le public directement concerné par le projet de mine industrielle en Guyane, et p...

Les étapes du Tour de Guyane analysées par Steeve Stanislas, président du RMB

Le tracé du tour cycliste de Guyane vu par un ancien coureur de l'élite guyanaise aujourd'hui président du Rémire Montjoly Bike (RMB), une des 10 équipes locales participant à la 28 édition du ...

Un nouveau « dircab » à la préfecture de Guyane

La valse des chaises musicales continue. Après l’annonce de l’arrivée le 28 août d’un nouveau préfet, Patrice Faure, directeur général de la police à la préfecture de police de Paris, en...

Le Conseil constitutionnel « valide » le recours en annulation de Davy Rimane

Le recours en annulation est validé pour Davy Rimane, candidat sans étiquette battu de 56 voix aux élections législatives par Lenaïck Adam, candidat de La République en Marche (LREM), dans la d...

© 2017 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet réalisé par Netactions