vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Vers un débat public local sur la Montagne d’or

Vers un débat public local sur la Montagne d’or

Alors que plusieurs organisations environnementales réclament un débat public sur le projet de mine « Montagne d’Or » porté par le consortium russo-canadien NordGold / Columbus Gold, à Saint-Laurent-du-Maroni la Compagnie minière Montagne d’Or annonce vouloir elle aussi mettre en œuvre un débat public local en Guyane.

Le fait est assez rare pour être souligné. Les environnementalistes et les miniers portent un projet commun, celui d’un débat public sur le projet minier à ciel ouvert de la Montagne d’Or, de 2,5 km de long, 500 m de large et 400 m de profondeur, situé près de deux réserves biologiques dans la commune de Saint-Laurent-du-Maroni.

Mardi dernier, la Fédération France Nature Environnement (FNE) est montée au créneau pour alerter et demander un débat public sur le « pharaonique projet minier de la « Montagne d’or ». Selon la FNE, « au regard des enjeux économiques, sociaux et environnementaux qu’impliquerait le choix d’inscrire la Guyane dans une exploitation aurifère industrielle et le gigantisme de ce projet minier en pleine forêt amazonienne, le projet  Montagne d’Or nécessite un débat public ». FNE dénonce « un curieux tour de passe-passe » effectué par la Compagnie de la Montagne d’Or dont « les montants des travaux, initialement évalués en mai 2017 à 266 millions d’euros, placent les coûts à un niveau largement supérieur au seuil minimal d’organisation d’un débat public (150 millions) ».

Rebondissement le 5 juillet 2017, devant la Commission nationale du débat public « le maître d’ouvrage annonce un montant de 80 millions d’euros », explique FNE. Une audition confirmée par la Compagnie minière Montagne d’Or qui “a saisi de façon volontaire la Commission nationale du débat public (CNDP) fin juin 2017. Elle a été auditionnée le 5 juillet dernier et a présenté des chiffres définitifs, calculés selon le référentiel du Code de l’environnement et qui ne rendent pas obligatoire la saisine de la CNDP pour l’organisation d’un débat public national” rétorque le maître d’ouvrage, Montagne d’Or.

Selon la Compagnie minière Montagne d’Or qui “souhaite vivement la tenue d’un débat public local en Guyane sur le projet de mine d’or industrielle, comme le demandent également les élus locaux, (..) la décision sur la pertinence du projet Montagne d’Or appartient en premier lieu aux habitants du territoire.”

Si le débat public local doit se tenir, il serait organisé par la CNDP, autorité administrative indépendante dont la mission est d’informer les citoyens et de faire en sorte que leur point de vue soit pris en compte dans le processus de décision, en leur donnant la parole sur les projets d’aménagement ou d’équipement d’intérêt national qui présentent des impacts significatifs sur l’environnement et dont les enjeux socio-économiques sont importants.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

6 commentaires

  • Jmc

    Compliqué ces histoires de procédures et de niveau d’investissement pour pouvoir accéder aux informations au niveau local ou même national. C’est flou. Et quand c’est flou il y a un loup, mais lequel ?

  • Remi973

    attention : « débat local » ou « débat national », les enjeux ne sont pas les mêmes…

  • SMET

    Tant que le débat n’est pas téléguidé par des associations dont les membres n’ont rien à fiche de la Guyane, si ce n’est de vouloir préserver le territoire en nous mettant dans une cloche sous verre et nous lancer des cacahuètes…
    Tant que le débat n’est pas manipulé par des fanatiques qui n’ouvrent même pas le dossier et le rejettent en bloc…
    Tant que le débat ne sert pas de prétexte pour faire traîner en longueur de façon intentionnelle tout projet industriel en Guyane.
    Alors oui, nous pouvons organiser un débat !

  • Francois

    euh SMET: qui es-tu pour oser dire « dont les membres n’ont rien à fiche de la Guyane » ? C’est pas parce que tu es arrivé au péyi depuis 2 ou 3 générations que tu peux te croire guyanais !
    Les premiers à dire leur opinion – et que nous devons écouter avec humilité – sont les peuples autochtones et leurs représentants reconnus par eux-mêmes.
    Halte à un projet industriel mettant en péril les terres ancestrales des amérindiens et bushinengués, juste pour engraisser quelques actionnaires canadiens et russes, ainsi que leurs nervis lokaux !

  • Maiouri Nature Guyane

    Cet embrouillamini administratif consistant à solliciter un permis minier alluvionnaire, sur la Montagne d’or, durant la torpeur estivale, est une stratégie permettant à une compagnie minière industrielle de s’installer progressivement sur la concession, en dehors de tout débat public, pour ensuite imposer son méga projet minier à ciel ouvert.

    Pour le Collectif Or de Question, il est hors de Question d’accepter ces pratiques nuisibles à la démocratie participative.
    Répondez à ce formulaire en cliquant sur le lien ci-dessous et nous générerons un avis personnalisé pour l’enquête publique sur l’autorisation d’exploitation de la société Montagne d’Or.
    Nous n’avons que quelques jours !

    https://ordequestion.typeform.com/to/ZpOTUf

    L’enquête concerne la demande d’autorisation de travaux miniers pour l’exploitation d’or par la compagnie minière Montagne d’Or, sur la concession au lieu dit Bœuf Mort sur la commune de Saint-Laurent-du-Maroni.

    Le dépôt d’avis n’est possible que jusqu’au 28 juillet ! (reporté au 28 août par le Préfet, probablement suite au succès de l’action inédite proposé par le Collectif Or de Question).

  • Francois

    de qui se moque t’on ?
    « A la demande du commissaire enquêteur, M. GB SERAPHIN, une réunion publique aura lieu le jeudi 27 juillet à 18h dans les locaux du centre des cultures et des loisirs, 24 bd Malouet à Saint Laurent du Maroni, en présence d’un représentant de la compagnie Montagne d’Or. »
    Je dis: Une réunion publique prévue seulement une semaine à l’avance, en pleines vacances scolaires, pendant la « torpeur estivale », et organisée en semaine un jeudi (soit les gens bossent, soit ils sont partis en vacances) », c ‘est clairement pas serieux !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Vu de Paris : donner la parole aux Wayanas

Ce dimanche 24 septembre, « les peuples autochtones ont la parole » au Palais de Chaillot, à Paris, au sein du Musée de l'Homme. C'est en tout cas le titre de la manifestation intitulée « dim...

Le permis pétrolier Total prolongé

Aujourd'hui jeudi 21 septembre est paru au Journal Officiel un arrêté prolongeant le permis de recherche d'hydrocarbures détenu par Total au large des côtes guyanaises. La CTG se réjouit de voir ...

Les feux de végétation ont brûlé 14 hectares

Depuis une dizaine de jours plus de 14 hectares ont brûlé, contre 27 hectares l'an dernier. En raison d’une forte sécheresse, les risques de feux de végétation sont « très sévères ce jeudi...

Vu de Paris : qu’est-ce qu’une « Miss Créole » ?

Selon les juristes de la société EndemolShine, qui exploite les droits de l'émission Miss France, « le terme de créole désigne une personne de race blanche née dans une des anciennes colonies...

Les eaux troubles du pétrole guyanais

Le projet de loi Hulot mettra-t-il fin aux rêves d'or noir guyanais ? Présenté le 6 septembre en Conseil des ministres, le projet de loi mettant fin à la recherche et à l'exploitation d'hydrocarb...

Or de Question lauréat du prix Danielle Mitterrand 2017

Le Collectif Or de Question a été primé par la fondation France Libertés Danielle Mitterrand, dont une délégation est actuellement en Guyane pour “comprendre les réalités du terrain, faire ...

© 2017 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet réalisé par Netactions