vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Montagne d’or : une enquête publique en pleine « torpeur estivale »

Montagne d’or : une enquête publique en pleine « torpeur estivale »

L’avis d’enquête publique relative à la demande d’autorisation d’ouverture de travaux miniers concernant l’exploitation d’or secondaire (alluvionnaire) sur la concession « Montagne d’Or » est publié. En revanche, depuis le 29 juin et jusqu’au 28 juillet soit en pleine « torpeur estivale », il est consultable uniquement à la mairie de Saint-Laurent-du-Maroni alors qu’une version numérique devait aussi être disponible.

Le préfet a ordonné par un arrêté le lancement de l’enquête publique relative à la demande d’autorisation d’ouverture de travaux miniers (AOTM) concernant l’exploitation d’or secondaire par la compagnie minière Montagne d’Or, ex SOTRAPMAG, sur la concession n° 215 -C02/46 de Paul Isnard au lieu dit Bœuf Mort sur la commune de Saint-Laurent-du-Maroni, selon les documents publiés sur le site de la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et de Logement (DEAL) qui instruit le dossier.

« Maïouri Nature dénonce cet absence de débat public préalable, l’absence de téléchargement du dossier au public et qu’une fois encore les enquêtes d »avis publiques soient publiées lors de la torpeur estivale. Cela fait trois années consécutives que des enquêtes publiques AOTM passent à une période inopportune » fustige Philippe Boré, membre de Maïouri Nature, association de défense de l’environnement.

« La première usine de cyanuration (Auplata), infrastructure à risques hautement toxiques pour la santé publique et notre environnement, fut accordée par la DEAL dans l’anonymat absolu, sur la commune de St-Elie via deux iniques consultations publiques, en juillet 2015 et août 2016 » rappelle Maïouri nature.

Le projet controversé de mine industrielle

Toutefois cette enquête publique ne concerne pas le projet controversé de mine industrielle Montagne d’Or, dont le début du processus de demande d’autorisation est prévu au «quatrième trimestre 2017 et l’enquête publique en 2018» selon le site internet de la Montagne d’Or. D’après nos informations cette demande d’autorisation d’exploitation (AEX) couvrirait une superficie de « 1km2« 

Situé au Sud de Saint-Laurent-du-Maroni, ce projet de mine d’or industrielle d’une superficie de 15,24 km2 entre les Réserves biologiques de Lucifer et Dékou-Dékou est porté par les compagnies minières Nordgold (russe) et Colombus (canadienne).

«750 emplois directs seront créés, répartis sur la mine, à Saint-Laurent-du-Maroni et à Cayenne (…). 57 métiers sont nécessaires pour les activités de la future mine, comme l’extraction et le traitement du minerai, le suivi environnemental, les services administratifs et la base-vie (…). 700 millions d’euros seront investis pour la construction et la production de la mine, puis pour sa fermeture et la réhabilitation » déclarent les compagnies minières.

Selon le calendrier prévisionnel publié sur le nouveau site internet de la Montagne d’Or, l’autorisation d’exploiter la mine pourrait être accordée en 2019-2020 et la production débuterait en janvier 2022. La mine produirait 8 tonnes d’or par année pendant les dix premières années de la vie de la mine.

Les membres de la Jeunesse Autochtone face aux dirigeants de la Montagne d'or, présents à Saint-Laurent pour exprimer leur refus du projet Montagne d'or.

Les membres de la Jeunesse Autochtone face aux dirigeants de la Montagne d’or, présents à Saint-Laurent pour exprimer leur refus du projet Montagne d’or.

Mais ce projet minier ne fait pas l’unanimité. Une centaine d’associations regroupées au sein du collectif Or de Question milite pour l’arrêt du projet Montagne d’Or. Dans les rangs d’Or de Question se trouve notamment la fondation créée par le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, récemment rebaptisée Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH) et désormais présidée par la journaliste Audrey Pulvar.

Lors de la présentation publique qui s’est tenue jeudi dernier, une poignée de manifestants s’étaient invités pour affirmer leur rejet du projet (Guyaweb du 27 juin). Le lendemain lors de la présentation à la presse à Saint-Laurent-du-Maroni, l’exécutif de Nordgold a reçu un accueil virulent de la part de l’association La jeunesse autochtone, qui s’oppose au projet Montagne d’Or.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

1 commentaire

  • Francois

    comme les conséquences néfastes d’un tel projet industriel concernent toute la Guyane, il faut absolument que les dossiers de cette « enquete publique » soient disponibles au plus grand nombre de citoyens de notre péyi, et *aussi* de métropole !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Vu de Paris : donner la parole aux Wayanas

Ce dimanche 24 septembre, « les peuples autochtones ont la parole » au Palais de Chaillot, à Paris, au sein du Musée de l'Homme. C'est en tout cas le titre de la manifestation intitulée « dim...

Le permis pétrolier Total prolongé

Aujourd'hui jeudi 21 septembre est paru au Journal Officiel un arrêté prolongeant le permis de recherche d'hydrocarbures détenu par Total au large des côtes guyanaises. La CTG se réjouit de voir ...

Les feux de végétation ont brûlé 14 hectares

Depuis une dizaine de jours plus de 14 hectares ont brûlé, contre 27 hectares l'an dernier. En raison d’une forte sécheresse, les risques de feux de végétation sont « très sévères ce jeudi...

Vu de Paris : qu’est-ce qu’une « Miss Créole » ?

Selon les juristes de la société EndemolShine, qui exploite les droits de l'émission Miss France, « le terme de créole désigne une personne de race blanche née dans une des anciennes colonies...

Les eaux troubles du pétrole guyanais

Le projet de loi Hulot mettra-t-il fin aux rêves d'or noir guyanais ? Présenté le 6 septembre en Conseil des ministres, le projet de loi mettant fin à la recherche et à l'exploitation d'hydrocarb...

Or de Question lauréat du prix Danielle Mitterrand 2017

Le Collectif Or de Question a été primé par la fondation France Libertés Danielle Mitterrand, dont une délégation est actuellement en Guyane pour “comprendre les réalités du terrain, faire ...

© 2017 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet réalisé par Netactions