vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

«Et le lycée papa ?»

«Et le lycée papa ?»

C’est la question posée par Yéhudi Farine, athlète autiste de haut niveau inscrit sur liste ministérielle, privé d’inclusion scolaire et d’accueil médico-social en Guyane, à son père Frédéric Farine qui continue de se battre pour l’avenir de son fils.

Ce lundi matin, c’est devant le Rectorat de la Guyane que notre confrère Frédéric Farine a dénoncé «l’inertie coupable des autorités de santé publique et d’éducation qui mettent en péril l’intégrité physique et l’avenir du citoyen et jeune athlète Yehudi Tingo Farine».

Son fils Yehudi Farine, déscolarisé depuis un an et demi, souffrant de troubles du spectre autistique (TSA) diagnostiqués depuis fin 2015, n’a donc pas fait sa rentrée via le dispositif collectif de scolarisation en Unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis) à temps partiel avec AESH (auxiliaire de vie scolaire).

«Mon fils n’a aucune prise en charge médico-sociale, aucun accueil en lycée par le Rectorat alors que depuis plusieurs semaines j’ai une notification de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) pour qu’il puisse reprendre la scolarité et depuis fin juin j’ai un engagement écrit du Rectorat pour organiser sa rentrée au Lycée Melkior mais deux voire trois jours par semaines pour qu’il puisse reprendre sa scolarisation. Il me demande constamment: et le lycée papa ? Je n’ai aucune bonne nouvelle à lui annoncer» s’est insurgé Frédéric Farine.

«Dix jours après la rentrée, le Rectorat ne s’est pas conformé à cette notification alors que depuis fin juin il s’est engagé à mettre cela en place, j’ai demandé des précisions, des réunions préparatoires pour présenter la situation de mon fils et je n’ai aucune réponse de l’inspecteur à mes mails » pointe-t-il du doigt.

«Il n’est pas possible que je m’exprime devant les médias en parlant d’un enfant en particulier, il y a des règles de confidentialité qui sont très strictes dans le domaine du handicap, de la difficulté scolaire, comme dans le domaine médical, donc je ne pourrai pas répondre précisément» a botté en touche David Noël, Conseiller technique et académique pour la scolarisation des élèves en situation de handicap (CTASH), au sujet de l’absence de réponse sur la scolarisation en Ulis de Yéhudi Farine.

Enquête pour non assistance à personne en danger

Suite à la plainte déposée par son père auprès du Procureur le 13 juin dernier pour « non assistance à personnes en danger » (Guyaweb du 13 juin), le parquet de Cayenne a ouvert une enquête confiée à la police judiciaire. «Pour moi il y a une sorte d’inertie coupable et peut-être quand ils vont se retrouver dans le bureau d’un juge ou d’un policier à s’expliquer, ils vont peut-être dire qu’il y a un problème humain derrière cette affaire car si le parquet fait une enquête pour non assistance à personne en danger, c’est qu’il a vu des choses dans le dossier, le parquet ne l’a pas classé sans suites. Je demande juste que la justice fasse son travail et qu’il y ait un peu d’humanité.»

Alors que Yehudi Farine est toujours dans l’attente d’une inclusion scolaire, la Direction technique nationale du sport adapté a fait savoir qu’elle souhaite sélectionner Yehudi en équipe de France pour les prochains Jeux européens de la jeunesse en Italie en octobre. «C’est mission impossible parce qu’un enfant qui n’est pas bien dans sa vie ne pourra être performant sportivement, alors qu’il a beaucoup de compétences et pour l’instant toutes les portes lui restent fermées. J’appelle cela un préjugé, de la discrimination par rapport à un handicap, à un élève méritant» s’est révolté Frédéric Farine.

>> Consulter la notification MDPH Ulis lycée à temps partiel datée du 5 juillet 2017

La situation des Ulis en Guyane

Les Unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis) sont des dispositifs pour la scolarisation des élèves en situation de handicap dans le premier et le second degrés. Dans l’académie de Guyane 127 unités accueillent chacune entre 10 et 14 élèves.

Selon David Noël, les effectifs des Ulis sont pour la plupart arrivés à « saturation » mais « nous étudions les possibilités d’ouvrir de nouvelles unités dans des établissements tout au long de l’année. Cette année quatre nouveaux dispositifs seront ouverts, des unités externalisées qui fonctionneront dans des établissements scolaires mais pris en charge par un établissement médico-social. »

Il faut savoir que les notifications Ulis de la MDPH arrivent « tout au long de l’année et la dernière CDAPH (Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées) qui décide de l’orientation ou de l’accompagnement s’est tenue le 5 juillet et je ne sais pas combien il y a eu de notifications Ulis mais il y en a eu un certain nombre et évidemment je n’avais pas pu prendre en compte dans l’organisation de rentrée les notifications qui se sont faites le 5 juillet, donc on réaménage régulièrement. »

Pour aller plus loin : la scolarisation des enfants en situation de handicap

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

15 commentaires

  • LEAURENT
    11 septembre 2017

    Edifiant! Une pétition pour le ministre?

  • Snoopy
    11 septembre 2017

    FF
    Je suggère que tu fasses circuler une lettre pétition en ligne pour dénoncer cette situation et programmer un regroupement devant le rectorat pour demander et obtenir une audience auprès du Recteur ( Préciser la date et l’heure de ce regroupement sur la pétition )

    obtenir audience du recteur

  • amertume
    11 septembre 2017

    F F, comme le suggèrent Leaurent et Snoopy fais circuler une lettre de pétition en ligne et nombreux nous serons à donner signature.
    ,Courage nous sommes avec toi et avons pour devise  » L’UNION fait La FORCE »

  • FF
    11 septembre 2017

    Parmi les faits les plus consternants, il y a tout de même (en lien dans l’article de ma consœur) ce courriel d’engagement de l’inspecteur du rectorat chargé du handicap daté du 27 juin 2017 auquel j’ai fait benoîtement confiance

    http://www.guyaweb.com/assets/engagement-inspecteur-rectorat-27-juin.jpg

    Donc si cet inspecteur qui semble trouver un échappatoire en citant la récente « commission MDPH du 5 juillet », oublie de préciser que cette commission n’était qu’une commission de rattrapage de la commission MDPH du 24 mai dernier qui avait bizarrement omis l’inclusion scolaire de mon fils.

    Si l’inspecteur voulait être complet, il préciserait qu’après un échange de courriels entre nous suite au diagnostic concernant mon fils le 17 décembre 2015, je n’ai plus eu la moindre réponse de sa part aux 7 (sept) courriels étayés que je lui ai personnellement rédigés sur le sujet depuis le 19 décembre 2015 et jusqu’à ce jour. Si l’on excepte son engagement du 27 juin 2017 ès qualité. Non suivi d’effet à ce jour. L’intéressé sera bien en peine de faire la preuve de la moindre réponse adressée à mon intention dans cette période. Il n’y en a pas. Devrai-je aller au tribunal administratif en référé ? Ou alors, rectorat et ministère vont-ils revenir enfin à la raison tant les faits sont accablants ? Je rappelle qu’il y a un être humain que l’on bousille à petit feu derrière tout cela…

  • Desijose
    12 septembre 2017

    OK pour la pétition à signer en ligne. Et la fédération des sports ne peut pas filer un petit coup de pouce dans ce dossier ? Et le ministre de l’éducation nationale qui pour 1 fois semble compétent et faire l’unanimité ne peut-il pas y apporter une solution ?? Il me semble qu’il serait dans son rôle

  • Francois
    12 septembre 2017

    courage, et je suis de tout coeur avec vous !

  • GZ
    12 septembre 2017

    Mais attendez : vous avez obtenu un « engagement » de l’administration et vous y avez cru ?
    A votre âge, Monsieur Farine ?
    Et vous vous plaignez aussi de l’absence de réponse de l’administration ? Mais non quoi ®, vos exigez un traitement de faveur ?

    Voyez voyez, je vous ai dit de songer à lui faire changer de cieux, mais vous répondez comme les administrations…

    Continuez tout de même, votre qualité ès-journaliste Guyaweb vous permet au moins de vous faire entendre.

  • FF
    12 septembre 2017

    L’humour étant le salut au désespoir, un ami de Saint-Laurent me disait hier que notre histoire lui faisait songer à cette histoire drôle : deux hommes travaillent, l’un fait des trous, l’autre derrière lui les bouche et les trous bouchés par la terre que l’on vient d’enlever s’accumulent. Un observateur stupéfait par la scène finit par interroger les deux travailleurs :  » Mais pourquoi faites vous cela, ça ne sert à rien ! ». Et l’un des deux travailleurs de répondre : c’est parce que celui qui plante les arbres est absent aujourd’hui…

  • GZ
    12 septembre 2017

    La fable est imparfaite dans votre cas, puisqu’il n’y a rien qui se passe… même pas un seul bonhomme faisant semblant d’être là.
    Puisque vous parlez de tribunal administratif, saisissez-le pour refus de réponse de l’administration :-). Vous pouvez tjs invoquer la soit-disant moralité couchée sur papier : http://www.franceguyane.fr/actualite/societe-social-emploi/les-fonctionnaires-mis-au-pas-296178.php. Rien de moins ! Sachez donc que l’homme qu vous ignore est mis au pas depuis début 2016 déjà. Mais que voulez-vous encore ? Qu’il vous réponde, en plus ?
    Il vous répondront que l’obligation » de répondre n’est pas une obligation obligatoire pour l’administration, celle-ci n’ayant aucune obligation obligatoire vis-à-vis des gueux. Car il existe des obligations obligatoires et des obligations non obligatoires.
    Amusez-vous bien.

  • LEAURENT
    18 septembre 2017

    déjà le 18 septembre, la rentrée c’était ya 10 jours
    j’ai 2 enfants… bien scolarisés par contre, je n’imagine pas qu’il en soit autrement!
    je veux bien venir à ton rassemblement devant le rectorat et mettre une cagoule noire si ça peut aider…
    ça ne marche que comme ça ici (ou ailleurs)?!
    tiens nous au courant

  • FF
    18 septembre 2017

    14 jours même la rentrée…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Vu de Paris : donner la parole aux Wayanas

Ce dimanche 24 septembre, « les peuples autochtones ont la parole » au Palais de Chaillot, à Paris, au sein du Musée de l'Homme. C'est en tout cas le titre de la manifestation intitulée « dim...

Le permis pétrolier Total prolongé

Aujourd'hui jeudi 21 septembre est paru au Journal Officiel un arrêté prolongeant le permis de recherche d'hydrocarbures détenu par Total au large des côtes guyanaises. La CTG se réjouit de voir ...

Les feux de végétation ont brûlé 14 hectares

Depuis une dizaine de jours plus de 14 hectares ont brûlé, contre 27 hectares l'an dernier. En raison d’une forte sécheresse, les risques de feux de végétation sont « très sévères ce jeudi...

Vu de Paris : qu’est-ce qu’une « Miss Créole » ?

Selon les juristes de la société EndemolShine, qui exploite les droits de l'émission Miss France, « le terme de créole désigne une personne de race blanche née dans une des anciennes colonies...

Les eaux troubles du pétrole guyanais

Le projet de loi Hulot mettra-t-il fin aux rêves d'or noir guyanais ? Présenté le 6 septembre en Conseil des ministres, le projet de loi mettant fin à la recherche et à l'exploitation d'hydrocarb...

Or de Question lauréat du prix Danielle Mitterrand 2017

Le Collectif Or de Question a été primé par la fondation France Libertés Danielle Mitterrand, dont une délégation est actuellement en Guyane pour “comprendre les réalités du terrain, faire ...

© 2017 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet réalisé par Netactions