vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?
 
 

Publicité Guyaweb

Vu de Paris : les députés d’Outre-mer se mobilisent pour la continuité territoriale

Vu de Paris : les députés d’Outre-mer se mobilisent pour la continuité territoriale

Dans un communiqué commun, 16 parlementaires des Dom-Com dénoncent la baisse des crédits de l’Agence de la mobilité pour l’Outre-mer (Ladom) dans la prochaine loi de finances. Parmi eux, le député de Guyane, Gabriel Serville, craint «  un désastre pour la jeunesse  » si le gouvernement ne fait pas machine arrière et ne rétablit pas les crédits dédiés à la mobilité.

Le ton du communiqué publié cette semaine par les parlementaires ultramarins est très offensif. «  La diminution des crédits octroyés à Ladom constituerait un mauvais signal alors que la formation et l’insertion professionnelle de la jeunesse ultramarine doivent être notre priorité, s’indignent des députés de Guadeloupe, Martinique, Réunion, Polynésie ou encore Mayotte. Plus largement, l’agence est essentielle pour permettre la mobilité de nos concitoyens ultramarins et leur garantir une véritable continuité territoriale  », poursuivent-ils, avant d’expliquer que «  Ladom perdrait ainsi pas moins de 8,82 millions d’euros, soit une baisse de 12,9% de son budget  », s’il était voté en l’état.

Ce ne sera pas le cas, promet Gabriel Serville qui affirme avoir déjà «  contacté les services du ministère des Outre-mer et du Budget pour faire bouger les lignes  ». Lorsque la loi de finances sera examinée au Parlement, soit avant la fin du mois d’octobre, il fera partie des élus qui déposeront des amendements afin d’enrayer la baisse.

Ladom est l’institution qui fournit les aides au billet d’avion pour ceux des Guyanais par exemple qui veulent se rendre en métropole une fois tous les trois ans, mais aussi délivre les «  Passeports mobilité  » pour les étudiants qui veulent se former à Paris. De plus, et comme les députés le soulignent avec indignation dans leur communiqué, «  les compétences de Ladom ont été significativement élargies par la loi «  Egalité réelle  » votée l’année dernière. «  Billet-deuil  », «  dispositif d’aide au retour  » pour les étudiants formés dans l’Hexagone : les possibilités nouvelles d’aides à la continuité territoriale paraissent effectivement peu compatibles avec une baisse globale du budget de la structure.

«  Il y aura des conséquences terribles si on fait de la politique et une économie stricte sans consulter le terrain  », prédit le député de Guyane Gabriel Serville. «  Nous n’avons de spécificité guyanaise à proprement parler mais notre territoire est celui d’Outre-mer qui se rajeunit le plus. Si un jeune n’a pas la possibilité de se former – et les possibilités qu’il a sont tout de même limitées en Guyane – il deviendra un paria avec toutes les conséquences que cela pourrait entraîner  ». Il promet, comme les autres parlementaires mobilisés sur ce sujet – dont la Réunionnaise ancienne ministre des Outre-mer Ericka Bareigts – de «  présenter un front uni avec les autres députés  » afin de faire reculer le gouvernement sur cette mesure d’économie.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

1 commentaire

  • guyaner

    Mais serville c’est pas des fonds pour la mobilité qu’il faut c’est déjà de l’argent pour réparer nos lycée vétuste, demande à ton bon a rien d’alexandre ce qu’il a fait de l’argent depuis des années qu’il est à la tête de collectivité. A qui servent leur aller retour en métropole si ce n’est pour se pavaner dans les grands hôtel et lécher les bottes des différents gouvernements. Il faut des formation en Guyane sur des métiers en adéquation avec notre département comme par exemple :- garde forestier armés du péyi, métier de l’environnement et du développement durable, métier nautique, restauration et hôtellerie haute gamme,éducation etc…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Une mule guyanaise de 18 ans, arrêtée lundi, remise en liberté mercredi, absente à son procès vendredi…

Adrien Manon, 18 ans depuis le 25 septembre, habitant Matoury selon l'enquête judiciaire, avait été interpellé lundi dernier à l'aéroport Felix Eboué pour avoir usurpé une identité afin de s'...

Passé à tabac par la foule à Saint-Georges, le prévenu brésilien au visage tuméfié demande au tribunal un délai pour préparer sa défense

Le ressortissant brésilien roué de coups lundi soir à Saint-Georges de l'Oyapock par une foule qui lui reprochait d'être l'un des auteurs de vols avec arme fraîchement perpétrés le même jour, ...

Charles Nenesse, Amérindien d’Iracoubo en état d’ébriété avancé, porte un coup de couteau à la gorge de son frère : un an de prison dont six mois avec sursis

Un Amérindien du village Bellevue (Iracoubo), Charles Nénesse, 51 ans et 10 mois, était appelé ce vendredi à la barre du tribunal correctionnel de Cayenne en comparution immédiate. Mardi, alc...

Assises : «un outil pour gratter ce qu’on a à gratter»

Quelques jours à peine après le lancement des Etats Généraux en Guyane, les Assises leur emboîtent le pas. Le premier comité local d'orientation des Assises des Outre-mer s'est réuni ce jeudi a...

Vu de Paris : L’affaire du Ceregmia rebondit

La sulfureuse affaire du Ceregmia a connu un rebondissement cette semaine, à Paris. Le Conseil d'Etat examinait en audience publique le recours de trois anciens professeurs, écartés de leurs fonct...

Pillage au Super U de Soula pendant les barrages routiers : 5 jeunes Guyanais sous les verrous, l’un d’eux déjà impliqué dans le vol d’armes au commissariat de Cayenne

C'est un procès qui pose beaucoup de questions : tant en matière de citoyenneté à la dérive que sur l'absence d'Etat de droit dans certains quartiers de Guyane ou encore sur la question de l'amé...

© 2017 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet réalisé par Netactions