vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

L’heure de vérité approche pour Lula

L’heure de vérité approche pour Lula

L’ancien président brésilien saura le 24 janvier si sa condamnation à neuf ans de prison est confirmée en appel, ce qui obscurcirait singulièrement son avenir personnel et politique.

Luiz Inacio « Lula » da Silva, ancien ouvrier métallurgiste et ancien syndicaliste, fondateur et leader historique du Parti des Travailleurs (PT, gauche), a été président de la République fédérative du Brésil de 2003 à 2010 avant de laisser la place à sa protégée Dilma Rousseff, destituée en 2016 par une coalition parlementaire menée par son propre vice-président Michel Temer qui l’a remplacée à la tête de l’Etat.

Depuis lors les positions politiques du PT se sont effondrées et comme tous les partis brésiliens il fait face à une accumulation de scandales de corruption et à la vaste opération judiciaire Lava Jato (« Lavage Express ») qui a déjà conduit nombre de ses dirigeants derrière les barreaux.

Lula lui-même a été condamné en 2017 à une peine de neuf ans de prison par le juge Sergio Moro qui pilote Lava Jato et qui l’a reconnu coupable de « corruption passive » et de « blanchiment d’argent » pour’avoir accepté de la part d’une entreprise de construction la mise à disposition d’un luxueux appartement en bord de mer en échange de l’attribution de marchés publics.

L’ancien président âgé de 72 ans a fait appel et il conteste vigoureusement les faits qui lui sont reprochés en dénonçant une procédure bien plus « politique » que juridique destinée à l’empêcher de se présenter à l’élection présidentielle d’octobre prochain, pour laquelle il mène déjà campagne et reste le grand favori des sondages malgré ses ennuis judiciaires et l’affaiblissement de son parti.

C’est ce mercredi 24 janvier qu’un tribunal doit annoncer sa décision sur l’appel déposé par Lula mais ce dernier a déclaré que quoi qu’il arrive il utilisera tous les recours à sa disposition pour défendre « son honneur » et qu’il continuera à « lutter » pour pouvoir être candidat à l’élection présidentielle.

L’enjeu est crucial pour Lula car s’il remportait cette élection il bénéficierait automatiquement de l’immunité liée à la fonction présidentielle, alors qu’il reste impliqué par ailleurs dans plusieurs autres procédures judiciaires.

Dans un pays qui depuis deux ans traverse une crise politique sans précédent du fait de l’implication de la plus grande partie de ses élites politiques dans les scandales de corruption et à quelques mois d’une élection présidentielle en vue de laquelle l’incertitude reste totale, la décision judiciaire qui doit être rendue publique le 24 janvier est très attendue.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Ateliers-débats sur le « manger local »

Dans le cadre des Assises de l'Outre-Mer, la Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FDSEA) propose des ateliers-débats sur l’autosuffisance alimentaire et le "mange...

Aménagement de la RN1 : lancement de la concertation publique

Le projet d'aménagement de la RN1 entre Balata et la Carapa sera soumis à concertation publique du 19 février au 31 mars 2018. Selon la DEAL (Direction de l’environnement, de l’aménagemen...

La centrale hybride Prométhée en concertation publique «avant l’été»

La nouvelle centrale hybride dénommée «Prométhée» et devant remplacer la centrale thermique de Dégrad-des-Cannes d'ici 2023 fera l'objet d'une concertation publique: ainsi en a décidé le 10 ...

Mylène Mazia se retire de la législative partielle

La seule femme candidate à l'élection législative partielle de mars prochain se retire de la campagne en raison du décès de son frère intervenu ce mercredi. Mylène Mazia, enseignante, consei...

Un scénario défend 100 % d’énergies renouvelables en Outre-mer d’ici 2030

Le Syndicat des énergies renouvelables veut faire pression sur le gouvernement pour que l’autonomie énergétique des territoires ultra-marins devienne une réalité en 2030. Il dénonce aussi des ...

«Affaire Marie-Laure Phinéra-Horth» : la direction de l’hôpital de Cayenne botte en touche

Guyaweb a adressé par courriel trois questions mercredi, à la directrice de l'hôpital de Cayenne, Agnès Drouhin, sur ce qu'il convient désormais d'appeler l'affaire Marie-Laure Phinéra-Horth en ...

© 2018 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet réalisé par Netactions