vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Une mule guyanaise de 18 ans, arrêtée lundi, remise en liberté mercredi, absente à son procès vendredi…

Une mule guyanaise de 18 ans, arrêtée lundi, remise en liberté mercredi, absente à son procès vendredi…

Adrien Manon, 18 ans depuis le 25 septembre, habitant Matoury selon l’enquête judiciaire, avait été interpellé lundi dernier à l’aéroport Felix Eboué pour avoir usurpé une identité afin de s’envoler pour Orly. Intriguées, les forces de l’ordre l’avaient alors conduit au centre hospitalier Andrée Rosemon (CHAR) de Cayenne où une radio avait révélé la présence de corps étrangers dans son organisme. Le jeune homme avait ingéré 646 grammes de cocaïne dans des ovules. En garde à vue, il avait expliqué son transport de drogue en raison d’ «une dette à rembourser» à un individu au Suriname et soutenu avoir été…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

11 commentaires

  • Mickael

    Pas de places en prison, alors on fait de la gestion de flux. D’autant plus que ces mules ne causent pas d’insécurité au quotidien.

  • SMET

    Prison?
    La prison étant pleine, et aucune autre alternative n’étant disponible, il faut en faire vraiment beaucoup pour finir en prison en guyane…
    Et dire que sur un plan historique la guyane était une terre de centres pénitentiaires, ou les bagnards venaient purger leur peine.
    On marche sur la tête, il y a de sérieux problèmes en Guyane.

  • le Jaguar

    A force de remettre les mules en liberté en attendant leur procès, ça devait arriver. La justification selon laquelle la prison est pleine ne tient pas la route puisque le jour du jugement, les mules sont condamnée à de la prison ferme donc il s’agit juste de différer l’incarcération d’un jour ou deux maximum.

  • Mickael

    Les peines inférieures à deux ans sont aménagées. Et quand bien même il faut un mandat de dépôt.
    Donc la prison ils n’y vont pas sauf cas particuliers

  • le Jaguar

    les peines inférieures à deux ans sont certes aménageables mais pas toutes aménagées, notamment dans ce type de dossiers. Si vous assistez aux comparutions immédiates de mules, le mandat de dépôt est pratiquement la règle.Même les mules qui prennent des peines de quelques mois fermes lors de procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité partent directement à la maison d’arrêt.

  • JCB

    On pourrait faire des économies en supprimant aussi les procès puisque les jugements ne sont jamais exécutés.
    On économiserait tous les frais de justice, et le citoyen n’aurait plus qu’à faire la justice lui-même.
    Retour au Far West, sauf que eux avaient des Shérifs…

  • FF

    Il ne faut pas exagérer ; si les jugements n’étaient « jamais » exécutés la prison de Rémire ne serait pas surpeuplée. Déjà les personnes présentes à l’audience et maintenues en détention (quand elles sont déjà en incarcération provisoire) ou qui font l’objet d’un mandat de dépôt rendu par le tribunal commencent de fait à exécuter leur peine.

    • JCB

      Oui, mais ça c’était avant, quand il y avait encore des places dans LA prison
      Maintenant qu’il n’y en a plus, je persiste: les jugements ne sont plus exécutés.

  • FF

    Ceux qui sont maintenus en détention à l’issue d’un procès ou qui font l’objet d’un mandat de dépôt à l’audience où ils sont présents se retrouvent bien conduits sous escorte à la prison de Rémire. Ensuite, toute peine sans mandat de dépôt ou maintien en détention étant aménageable jusqu’à 2 ans prononcés, ceux qui se voient infliger ce type de peine n’y vont pas pour la quasi-totalité.

  • le Jaguar

    De toute façon, il est faux de dire qu’il n’y a plus de place en prison. Même si sa capacité d’accueil théorique est dépassée depuis longtemps, ce qui est d’ailleurs le cas de la plupart des établissements du pays, il est interdit au directeur de refuser des nouveaux arrivants donc il faut juste l’adapter en rajoutant des matelas dans les cellules. Ce n’est pas idéal mais c’est ainsi.

  • Joko

    Il parait que pour des primodélinquants, ça peut faire de l’effet. Mais des peines de prison aménagées pour des multirécidivistes, c’est assez drôlatique, surtout pour eux. Leurs obligations ne seraient même pas respectées et, entre deux pointages, ils font ce qu’ils veulent. Pas vu, pas pris, c’est aussi la nouvelle devise de la justice. Les forces du désordre en ont tellement marre qu’elles attendent le gros clash pour intervenir. On finit par les comprendre. Jusqu’à quand ? la prochaine manif contre l’insécurité ? il y aura beaucoup moins de monde. Là aussi, nous avons compris…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Montagne d’or s’invite à la COP23

La COP23 qui se tenait à Bonn en Allemagne s'est achevée dimanche 19 novembre sur le contraste entre la faiblesse de l'engagement des États dans la lutte contre le réchauffement climatique et la ...

10e édition du Salon international du livre de la Guyane

La 10e édition du Salon international du livre de la Guyane a lieu du mercredi 22 au samedi 25 novembre au Zéphyr. Quatre jours dans l'univers de la littérature organisés par l'association Promoli...

«Du couac et du riz» à l’internat de Maripasoula

La grogne enfle à Maripasoula, la plus grande commune de France située au bord du Maroni. Les parents d'élèves du collège Gran Man Difou dénoncent la situation alarmante à l'internat vétuste ...

«On s’est surpassées même si on s’attendait à de la difficulté»

Stéphanie, Patricia et Ismaële ont encore la tête dans le Raid des Alizés, aventure sportive 100 % féminine qui s'est déroulée du 16 au 19 novembre en Martinique. Elles se sont classées à u...

Deux personnes impliquées dans l’activité aurifère illégale décèdent après avoir été touchées par des tirs par arme à feu des forces de l’ordre sur le Grand Inini à Maripasoula

Deux "garimpeiros" sont morts dimanche après-midi après un échange de coups de feu avec un gendarme et des militaires, selon les autorités. Personne n'est blessé au sein des forces de l'ordre...

Or de Question primé mais divisé

Le prix Danielle-Mitterand de la fondation France-Libertés a été remis samedi 18 novembre à Paris au collectif Or de Question qui s’oppose au projet minier controversé de la Montagne d’Or en ...

© 2017 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet réalisé par Netactions