vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Publicité Guyaweb

Joséphine, 76 ans, agressée chez elle à Matoury alors qu’elle repassait : « il m’a dit si tu cries je te tue ! »

Joséphine, 76 ans, agressée chez elle à Matoury alors qu’elle repassait : « il m’a dit si tu cries je te tue ! »

La mini-trève des barrages pendant lesquels délinquants et autres avaient été empêchés de circuler est révolue. Illustration, entre autres, le vol avec violences subi par Joséphine, 76 ans, lundi, à son domicile, alors qu’elle repassait. Guyanaise, installée depuis 24 ans à Cogneau Lamirande, quartier de Matoury, Joséphine raconte cette agresssion subie peu ou prou à la mi-journée. Née en 1940, elle aura 77 ans cette année. Témoignage. « J’étais chez moi au fond, dans la salle à manger, en train de repasser. Je vois quelqu’un dehors dans le jardin alors que le portail était fermé. C’était un homme. Je laisse ma…

Cet article est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou abonnez-vous.

Vous êtes abonné(e) Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore abonné(e) ? Abonnez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à l’intégralité de Guyaweb

Abonnez-vous

6 commentaires

  • Marie Liberte 973

    Rétablir la sécurité, c’est vraiment prioritaire !!!!!

  • MAIPOURI

    Merci à Guyaweb de communiquer les vrais chiffres de la délinquance durant la durée des barrages car je ne crois pas à la « mini-trève »,

    J’ai une pensée sincère pour Joséphine, et j’aimerai savoir pourquoi elle a entamée un dialogue avec un homme « cagoulé » ?

  • Joko

    Encore une victime de la société. Nous sommes entourés de psychopathes. Ce n’est pas d’éducateurs qu’ils ont besoin mais de psychiatres. Bon courage aux « grands frères », essayez les baffes.

  • SMET

    « Il avait une cagoule noire et des gants donc je ne sais pas quelle est sa figure »

    Avait il un tee-shirt avec un logo représentant 2 pistolets et s’exprimait en grognant « ahou! Ahou! « …
    Si oui, nous avons peut être une chance sur 500 de le retrouver… à moins qu’il ne soit devenu grand…

    • NIL

      Je comprends maintenant pourquoi nous avons demandé une prison supplémentaire.
      On y placera les citoyens qui auront débiélés des truands chez eux…
      Lors de la signature des fameux accords pour la Guyane, Chantal Berthelot à dit, que si cela ne dépendait qu’elle, elle aurait demandé plus! Nous voyons bien que nous sommes impuissant et que le seul pouvoir qui existe est celui de la force ou du rapport de force!
      Alors faisons ce que nous avons à faire et luttons pour ce qui nous semble juste. LE RESTE N’EST QUE DE L’HYPOCRISIE RÉPUBLICO-MONARCHIQUE sous fond de COLONISATION ET D’EXPLOITATION DE l’HOMME PAR L’HOMME, de toutes les couleurs, pour reprendre un refrain qui à bien marché durant la grève. J’oubliais tout ça pour l’argent et le pouvoir et certainement d’autres raisons…

      • Joko

        Arrêtons avec le couplet sur la kolonisation. Nous avons eu notre ministre de l’injustice lokale qui connaissait parfaitement la situation. C’est pourtant elle qui a supprimé les peines plancher et stoppé la construction des prisons. Les prisons ne servant à rien, selon elle, l’accent devait être mis sur les peines de substitution. Il me semble qu’elles servent dans un premier temps à protéger la société. C’est vrai qu’avec ses gardes du corps, elle n’en a plus besoin. Mettre un bracelet électronique à ce genre de personnage immoral et sans conscience ? Essayez plutôt l’école obligatoire en prison avec obligation de résultats pour en sortir. C’est avec l’école qu’il faut agir, éduquer les parents à éduquer leurs enfants, pour leur éviter de confondre éducation et dressage.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

Articles associés :

Assises : «un outil pour gratter ce qu’on a à gratter»

Quelques jours à peine après le lancement des Etats Généraux en Guyane, les Assises leur emboîtent le pas. Le premier comité local d'orientation des Assises des Outre-mer s'est réuni ce jeudi a...

Vu de Paris : L’affaire du Ceregmia rebondit

La sulfureuse affaire du Ceregmia a connu un rebondissement cette semaine, à Paris. Le Conseil d'Etat examinait en audience publique le recours de trois anciens professeurs, écartés de leurs fonct...

Pillage au Super U de Soula pendant les barrages routiers : 5 jeunes Guyanais sous les verrous, l’un d’eux déjà impliqué dans le vol d’armes au commissariat de Cayenne

C'est un procès qui pose beaucoup de questions : tant en matière de citoyenneté à la dérive que sur l'absence d'Etat de droit dans certains quartiers de Guyane ou encore sur la question de l'amé...

Une note erronée de l’Elysée relative à la Guyane fait quelques vagues avant de subir un sérieux lifting

Plusieurs personnalités politiques guyanaises ont eu beau jeu de s'émouvoir mercredi du contenu d'une note de "conseils sanitaires" de l'Elysée relatifs à la Guyane, adressée le 12 octobre dernie...

La fin des homes indiens

La construction d'une cité scolaire à Saint-Georges de l'Oyapock comportant un internat devrait aboutir à la fermeture du dernier home indien de Guyane. Ce pensionnat tenu par des sœurs catholique...

Avant même la mort d’Hendy : les frasques de la société de transport de Dominique Mangal dans la région de Cacao

Si le transporteur Dominique Mangal est renvoyé en correctionnelle notamment pour «homicide involontaire  par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence» (v...

© 2017 Comimpex / Guyaweb . Tous droits réservés

Site Internet réalisé par Netactions